Les sociétés de gestion, les CIF et les experts-comptables sont désormais plus intéressés par le crowdfunding

Mipise, une société qui développe en marque blanche des plates-formes de financement participatif est témoin de sollicitations actuellement plus nombreuses et plus variées. Retour d’expérience en compagnie de Michel Ivanovsky, son co-fondateur.

 

Dans un entretien réalisé pour l’AGEFITV, Michel Ivanovsky, un des co-fondateurs de Mipise explique que l’objectif commercial de la société est de proposer une solution en marque blanche consistant à mettre à la disposition de ses clients une solution de financement participatif. Si Mipise n’est pas elle-même une plate-forme, le but est d’assister les acteurs qui souhaitent se lancer dans une activité de financement de ce type.  

De nouvelles demandes.

Les profils des clients et des prospects de Mipise ont évolué avec la mise en place d’un cadre juridique approprié le 1er octobre 2014. Au départ, « il s’agissait de start-up souhaitant créer des plates-formes, commente Michel Ivanosky alors que depuis quelques mois, de nouveaux acteurs s’y  intéressent en ce qu’il s’agit d’une opportunité de compléter leur activité commerciale ».

A côté des banquiers et des assureurs, les prises de contact sont dorénavant plus régulières avec des sociétés de gestion, des conseillers en investissement financier et des cabinets d’expert-comptable. « Un expert-comptable nous a fait part d’une demande très forte des besoins de financement d’un de ses clients », expose Michel Ivanosky. 

La mise en œuvre pratique.

« Notre record est d’avoir démarré une plate-forme de crowdfunding en une semaine » poursuit-il, justifiant que son « cœur de métier » consiste à lancer le plus rapidement une structure de financement. Il ne cache pas en revanche que la mise en place d’une plate-forme plus élaborée basée sur un design plus travaillé nécessite un à deux mois de délai. En pratique, Mipise a privilégié un modèle de location. Elle héberge la solution et accompagne son client sur les aspects techniques, voire l’assiste dans « la découverte de ce nouveau métier ».  

Pour l’heure, Mipise compte sur ses quatre associés, un salarié et des prestataires. La société qui a été créée il y a deux ans compte aujourd’hui 32 clients. Michel Ivanovsky annonce également une mise en relation par jour et un nouveau client par semaine.

Des tarifs évolutifs.

Le tarif tient compte de l’offre de financement participatif proposé. La formule d’abonnement, sans droit d’entrée est de 99 euros pour les opérations de don, 499 euros pour les prêts et 899 euros pour le modèle de l’investissement en fonds propres. Compter entre 2.000 euros et 5.000 euros supplémentaires pour les postes de dépense graphisme et marketing.

L’entretien (6min17’) est à voir en ligne ici