La retraite supplémentaire reste marginale malgré le Perp et le Perco

Les cotisations versées au titre de la retraite supplémentaire représentaient 4,3 % de l’ensemble des cotisations versées au titre des divers systèmes de retraite en 2013, écrit la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees). C'est à peine plus de 4% de plus qu'en 2005.

Les retraites supplémentaires peinent à décoller. C'est le bilan réalisé par la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees) dans son rapport du mois d'avril 2015 en se basant sur les chiffres de 2013. Cette année-là, plus de 12 milliards d’euros de cotisations ont été versées au titre de la retraite supplémentaire, soit 4,3 % des cotisations versées au titre des différents systèmes de retraite. Un chiffre qui a peu évolué depuis 10 ans, analyse l'organisme public.

"Malgré la création du plan d’épargne retraite populaire (PERP) et du plan d’épargne pour la retraite collectif (PERCO) en 2003, supposés généraliser et faciliter l’accès à ce marché, la retraite supplémentaire reste encore, dix ans plus tard, un marché marginal", souligne la Drees.

11 millions de personnes assurées

"Quant aux prestations versées au titre de la retraite supplémentaire, elles sont passées de 2 % de l’ensemble des prestations versées en 2005 à 2,2 % en 2013 ; elles oscillent autour de ce niveau depuis 2008", ajoute la Drees.

Au total, près de 11 millions de personnes étaient assurées par un contrat de retraite supplémentaire en 2013. Ce qui représente 6,7 milliards d’euros de prestations versées, majoritairement sous forme de rente viagère. La Drees note qu'environ deux millions de personnes, soit un retraité sur huit, ont perçu une rente viagère cette année-là.