La croissance comme unique garantie d’un retour à l’équilibre des régimes de retraite

Les auteurs du rapport remettent en cause la validité des projections gouvernementales sur la croissance, de quoi relancer le débat sur la pérennisation du système.

Dans un avis rendu le 15 juillet dernier, le comité du suivi des retraites estime notamment que «  pour les régimes de base et compte tenu des mesures récemment prises, la trajectoire de retour à l’équilibre financier d’ici 2020 reste accessible, sous réserve de la réalisation des prévisions macro-économiques retenues dans le cadre du programme de stabilité ». Pour l’avenir, « il estime que les aléas de la croissance demeurent le principal défi auquel est confronté le système, défi auquel il conviendra d’apporter des réponses ».

Un défi d’autant plus improbable à relever que les auteurs du rapport soulignent eux-mêmes que ces hypothèses de croissance « prêtent, légitimement, à débat ». Le Haut Conseil des finances publiques a par exemple relevé que « sans être hors d’atteinte, la prévision de croissance du Gouvernement pour 2014 paraît désormais élevée ». Le scénario macroéconomique du gouvernement pour 2016-2017 est également qualifié d’optimiste en ce qu’il « repose sur des hypothèses favorables tant pour le soutien apporté par l’environnement international que pour le dynamisme de la demande intérieure ». A plus longue échéance, « les fortes incertitudes sur l’évolution de la productivité » sont évoquées.

Au cours du second semestre de 2014, le secrétariat général du Comité d’orientation des Retraites (COR) mènera, en liaison avec les régimes, un nouvel exercice de projection censé permettre, entre autres, de procéder à un recalage des hypothèses et d’effectuer des tests de sensibilité à certaines hypothèses.