Les primes de participation et d'intéressement reculent à cause du forfait social

Dans son troisième baromètre du partage du profit, Eres fait un état des lieux des différents dispositifs (participation, intéressement, abondement, prime dividende, retraite d’entreprise) mis en place dans les grands groupes cotés en France (SBF120). 
Il en ressort que les primes moyennes de partage du profit ont baissé de 5% en 2013. Seul l’abondement a progressé grâce à l’équipement croissant en PERCO des entreprises du SBF120. Les primes de participation (2 053€ en moyenne) et d’intéressement (2 420€) ont également reculé de 10% et 8% respectivement en raison de la hausse du forfait social payé par les entreprises (de 8 à 20% en 2012). 
L’abondement (1 070 € en moyenne), quant à lui, a augmenté de 20% sur un an très probablement du fait de la hausse du taux d’équipement des entreprises du SBF120 en PERCO. Ce taux est ainsi passé de 50% en 2011 à 65% en 2012 et à 71% en 2013. La prime dividende (appelée encore prime de partage des profits), restant d’actualité pour le moment, s’est élevée en 2013 à 287€ en moyenne (en baisse de 4%). 
Les salariés français ont touché au titre du partage du profit en 2013 en moyenne 23% de ce qui a été versé aux actionnaires, soit 3 719€ au titre du partage du profit et 16 099€ de dividendes. Ce chiffre moyen cache des disparités importantes : 13% versent des primes de partage du profit alors qu’elles ne versent pas de dividende, 28% versent plus de primes de partage du profit que de dividendes, 14% versent 10 fois plus de dividende que de primes de partage du profit.

Source: communiqué