La "déception" du rapport de la Cour des comptes sur les retraites des fonctionnaires

Le président de l'Institut de la protection sociale Bruno Chrétien regrette que les pistes de réformes envisagées par les Sages de la rue Cambon ne soient pas plus ambitieuses.

Dans un texte publié lundi 28 novembre, le président de l'Institut de la protection sociale Bruno Chrétien revient sur le récent rapport de la Cour des Comptes concernant les pistes d'économies en matière de retraite des fonctionnaires (rapport publié sur agefiactifs.com le 7 octobre). Pour rappel, les Sages de la rue Cambon évaluent deux scénarios : un "dur" avec un alignement immédiat des conditions du public vers le régime général et un "doux" (élargissement de l'assiette des cotisations, suppression de certaines bonifications...).

Bruno Chrétien se déclare "déçu", estimant que "Ce rapport laisse sur leur faim ceux qui estiment que rien ne justifie les écarts entre les retraites du secteur public et celles du secteur privé". Dans les conclusions de son rapport, la Cour des Comptes juge compliqué d'appliquer le scénario "dur", les contraintes étant nombreuses (démographie du public peu avantageuse pour le régime général, difficultés techniques à calculer le niveau de retraite sur 25 ans...).

La tribune publiée par Bruno Chrétien a également été publiée sur l'Agefi Communautés.