La CNIL épingle deux assureurs santé sur la protection des données

La présidente de la CNIL, a mis en demeure des sociétés des groupes Humanis et Malakoff-Mederic de cesser d'utiliser pour de la prospection commerciale des données personnelles collectées

Dans un  communiqué, Isabelle Falque-Pierrotin, la présidente de la CNIL, a mis en demeure des sociétés des groupes Humanis et Malakoff-Mederic de cesser d'utiliser pour de la prospection commerciale des données personnelles collectées exclusivement afin de payer des allocations retraite. Compte tenu du grand nombre de personnes concernées et de la gravité du manquement relevé, la CNIL a décidé de rendre publique cette mise en demeure.

Dans les faits, des contrôles ont été réalisés dans les locaux de ces groupes en février et mars 2018 ayant permis de constater que les sociétés des groupes Humanis et Malakoff-Médéric utilisent les données personnelles qu'elles détiennent dans le cadre de leur mission d'intérêt général de mise en œuvre des régimes de retraite complémentaire afin de faire de la prospection commerciale pour des produits et services de ces groupes. Cet usage a concerné plusieurs centaines de milliers de personnes. La Présidente de la CNIL a mis en demeure les sociétés de cesser ce détournement de finalité, dans un délai d'un mois.

Cette mise en demeure n'est pas une sanction, précise néanmoins la CNIL. Aucune suite ne sera donnée si les sociétés des groupes Humanis et Malakoff-Médéric se conforment à la loi dans le délai accordé.