Assurance de personnes

Une affaire nouvelle sur cinq en banque privée est réalisée avec un contrat diversifié

Le groupe BNP Paribas Cardif a réalisé un chiffre d’affaires de plus de 25 milliards en 2013 en hausse de 4 % grâce à sa présence à l’international. En France, il se prépare à répondre aux besoins du marché en santé collective et à l’eurocroissance, domaine dont il maîtrise déjà la technique avec son expérience en matière de contrats diversifiés
Pierre de Villeneuve, Président-directeur général, BNP Paribas Cardi

BNP Paribas Cardif a communiqué jeudi 20 mars ses résultats pour l’année 2013. Une occasion pour Pierre de Villeneuve, PDG de la société depuis le mois d’octobre 2013, de confirmer la politique de diversification géographique et des canaux de distribution du groupe.

Le moteur de l’eurocroissance tourne déjà. La compagnie qui maîtrise le contrat diversifié a pris de l’avance sur ses concurrents dans le fonctionnement de l’eurocroissance. En 2013, 365 millions d’euros ont été collectés sur les formules de contrats diversifiés, dont 300 millions dans les réseaux de CGPI et de banques privées et 65 millions dans le réseau de BNP Paribas. La performance obtenue sur l’actif sous jacent des contrats dédiés à la banque privée et aux partenaires a atteint 6,39 % net avec des rendements différents selon la durée de l’engagement, soit une performance, à partir du 1er janvier 2013, de 5,69 % sur un an, de 7,28 % sur 15 ans et 8,79 % sur 20 ans.

« Une affaire nouvelle sur cinq en banque privée est réalisée avec un contrat diversifié. Nous disposons techniquement du vrai moteur du produit et nous  nous continuons d’ailleurs à commercialiser le contrat diversifié jusqu’à son remplacement prochain par l’eurocroissance », a bien précisé Pierre de Villeneuve.

Importance des activités de protection de la personne et des biens. Le groupe a tenu à préciser que sa marge technique avant frais généraux tend vers une répartition à 50/50 : 50 % pour les activités de protection (assurance de personnes et IARD) et 50 % pour les activités d’épargne. Il s’agit d’un aspect important compte tenu du poids de l’épargne dans l’activité, est-il indiqué. « Les activités de « protection » s’accroissent plus vite que celle de l’épargne », complète Pierre de Villeneuve.

Recherche d’un partenaire en santé collective. Dans le sillage de l’Accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 sur la sécurisation de l’emploi, Pierre de Villeneuve a confirmé l’intention de BNP Paribas Cardif d’être présente sur le marché de la santé collective à destination des TPE/PME.

 « Nous travaillons sur une offre que nous proposerons à tous nos réseaux dans le cadre d’un partenariat avec un acteur historique sur ce marché  - assureur, mutuelle ou institution de prévoyance -. Sur cette future plateforme, nous souhaitons que notre partenaire soit partie prenante dans la prise de risques. » « Le chiffre d’affaires en santé collective n’est pas la priorité. L’objectif est de répondre à notre positionnement en assurance de personnes en mettant à la disposition de nos réseaux toutes les solutions.  Nous développons d’ailleurs la même approche dans d’autres domaines, comme le digital ». Le PDG avance qu’un appel d’offre ciblé a été lancé sur ce marché.