Santé collective / ANI

Solly Azar disposera bientôt d’offres santé pour des branches professionnelles

Filiale du groupe Verspieren ; Solly Azar collabore avec 7.200 partenaires, 50 % de courtiers et 50 % d’agent généraux. Son cœur de cible pour l’ANI : les TPE de 1 à 10 salariés. Interview de Rabih Samaha, responsable marketing produits chez Solly Azar
Rabih Samaha, Responsable Marketing Produits, Solly Azar

L’Agefi Actifs. – Quel sera votre mode d’intervention dans le cadre de l’ANI (1) ?

Rabih Samaha Nous sommes présents depuis deux ans sur le marché de la santé collective par le biais d’une offre générique simple pouvant s’adapter à toutes les petites entreprises de moins de 50 salariés en sachant que notre cœur de cible se situe sur les entreprises de 1 à 10 salariés.

Avec deux compagnies d’assurances, nous sommes en train de bâtir 4 offres spécifiques pour des  branches professionnelles. Notre objectif est de nous déployer en santé collective sur les cibles que nous avons déjà travaillées. Plus précisément, notre stratégie vis-à-vis des entreprises concernées s’inscrira dans le prolongement de notre action d’équipement ayant déjà débutée en assurance de dommages ou en responsabilité civile professionnelle.

Quelles sont les branches qui vous intéressent ?

- Deux solutions seront réalisées en partenariat avec Quatrem. L’une sera dédiée à la branche du commerce de proximité, pour laquelle nous disposons déjà de contrats multirisques professionnels et IARD, et dont le potentiel est évalué à environ 250.000 salariés. L’autre sera axée sur les professionnels de l’immobilier où nous sommes présents par l’intermédiaire de nos assurances de couvertures de loyers impayés.

D’autres solutions dédiées seront  bâties  notamment   pour la cible  des entreprises du conseil, qui compte environ 600.000 salariés, branche pour laquelle nous disposons déjà de garanties responsabilité civile professionnelle.

Commente ressentez-vous pour l’heure le marché ?

- Les entreprises ne nous paraissent pas encore très inquiètes face à l’ANI, ni d’ailleurs suffisamment sensibilisées. Bon nombre d’entre-elles indiquent qu’elles se poseront la question dans un an.

(1) Accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 – généralisation de la complémentaire santé à tous les salariés