MAIF inspirée par la loi Lemoine

Elle fait évoluer son contrat d'assurance décès Rassurcap Solutions en allégeant le questionnaire médical et en renforçant le droit à l'oubli sur les pathologies cancéreuses.

Quand l'assurance emprunteur infuse dans l'ensemble du secteur de la prévoyance. La MAIF, qu'on pourrait croire inspirée par la loi Lemoine, fait évoluer son contrat d'assurance décès Rassurcap Solution. Elle ramène le droit à l'oubli sur les pathologies cancéreuses à 10 ans (cinq maintenant sur l'assurance emprunteur)  pour les personnes qui déclarent un capital garanti de 200.000 euros maximum. Le questionnaire médical n'est pas supprimé mais allégé pour les adhérents de moins de 40 ans qui souscrivent à un contrat pour un capital de 250.000 euros maximum. 

Début avril, MAIF avait déjà ajouté à son contrat la garantie maladie grave (versement d'un capital supplémentaire), l'augmentation du capital sans formalité médicale pendant la vie du contrat jusqu'à 20.000 euros de 50 ans et l'avance de fonds au bénéficiaire (d'un montant de 4.000 euros) après le décès du souscripteur.