Assurance emprunteur

Les premiers frémissements du changement

Le 12 janvier dernier, le Conseil constitutionnel a validé l’amendement Bourquin, libéralisant l’assurance emprunteur
Un marché d’un peu moins de 10 milliards d’euros, que de nombreux acteurs ont commencé à grignoter aux banques
Fotolia

Le marché de l’assurance emprunteur a pris un nouveau tournant début 2018. Le Conseil constitutionnel a donné son feu vert, le 12 janvier dernier, à «l’amendement Bourquin», ouvrant la voie à la renégociation et la résiliation annuelle au stock de contrats en cours (voir L’Agefi Actifs n°716, p. 18). Les lois Lagarde, Hamon puis Sapin 2 sont venues successivement ouvrir le champ de ce marché représentant 8,8 milliards d’euros de cotisations en 2016, et capté à 88% par les banques (1).