Les inégalités sociales de santé restent importantes

Les inégalités sociales se ressentent sur le niveau de santé des Français, a récemment analysé la Drees dans un rapport.

La corrélation entre niveau de vie et niveau de santé est toujours très forte, analyse la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees) dans un récent rapport sur la santé des Français. L'espérance de vie à 35 ans pour un homme cadre était ainsi de 49 ans contre 42,6 pour un homme ouvrier en 2013.

Une autre donnée a une importance majeure selon la Drees, c'est le "gradient social de santé", c'est à dire la santé perçue par les personnes. Plus les années d'études sont nombreuses, plus les maladies chroniques potentielles sont évaluées en amont. Les hauts niveaux sociaux ont "une capacité d’appropriation des messages de prévention plus adéquate et d’un accès au système de santé, notamment de recours aux soins plus adapté", résume l'étude.

Ces inégalités sont par ailleurs observées tout au long de la vie, avant même la naissance, "entraînant un taux de prématurité et de petit poids de naissance plus important dans les foyers à faibles revenus", explique la Drees. A l'enfance, la proportion de jeunes souffrant d’obésité s’élève à 5,8 % pour les ouvriers contre 1,3 % pour les cadres en grande section de maternelle et 5,5 % contre 1,4 % en CM2. Des inégalités également observées sur l'exemple des caries (voir le graphique).