Les Français toujours prudents pour leur épargne

L'assurance vie reste le placement préféré des Français, talonné par les livrets réglementés. Le PER pourrait rapidement les rattraper.
(Pexels)

A part égale. 50% des Français préfèrent les investissements peu risqués à ceux très risqués mais qui rapportent davantage (26%). C’est l’enseignement principal du 20e baromètre «Les Français, l’épargne et la retraite» réalisé par l’Ipsos (1) pour Le Cercle des Epargnants. La frilosité des particuliers se retrouve également sur la liquidité. Ils sont 48% à préférer les investissements très liquides à ceux plus compliqués à débloquer mais plus rémunérateurs (28%).

Cette prudence peut s’expliquer par une méconnaissance des marchés : seuls trois français sur dix déclarent suivre l’actualité au sujet de l’épargne et des produits financiers. Un score qui est cependant en hausse : 29% en 2022 contre 25% deux ans plus tôt. La volonté d’épargner reste elle quasi stable (31%, -1 point par rapport à 2021) et même très élevée chez les moins de 35 ans (55%).

L’assurance vie encore en pôle

Côté produit, le podium des placements préférés des Français reste identique à 2021. L’assurance vie se maintient en tête (31%), mais sa côte diminue (-3 points). Elle est désormais sensiblement équivalente à celle des livrets réglementés  (30%), tandis que les PEL-CEL s’arrogent la 3e place (22%). Le PER n’arrive lui qu’en 5e position, récoltant 13% des suffrages. Au total, presque huit Français sur dix possèdent aujourd’hui un Livret A (79%), 42% une assurance vie, 32% un PEL-CEL et 12% un PER.

Source : Ipsos, Le Cercle des Epargnants

Mais le PER pourrait bien rattraper ses concurrents. C’est lui qui intéresse le plus de souscripteurs potentiels (11%), juste devant l’assurance vie (10%) et les PEL-CEL (7%). Le produit, qui comptabilise déjà un encours de plus de 50 milliards d’euros, selon les derniers chiffres dévoilés par Bruno Le Maire à l’occasion de l’accord sur la transparence des frais, est désormais bien identifié. 49% des interrogés déclarent savoir de quoi il s’agit et 65% (+11 points) se disent convaincus des arguments exposés lorsqu’on leur propose d’adhérer ou de transférer leur plan actuel vers un PER. Au total, 76% des Français qui détiennent un Perp, un contrat Madelin ou un Perco envisagent de le transférer un jour vers un PER et plus de trois sur dix sont déjà en train d’y réfléchir (31%, +13 points).

Partagés sur la succession

Au moment de choisir son placement, la fiscalité successorale pèse lourd : 52% des particuliers préfèrent des investissements peu taxés pour les héritiers mais peu rémunérés, à ceux davantage taxés mais qui rapportent beaucoup sur le moment (26%).

La succession est donc cruciale et reste un sujet clivant. Si la majorité des répondants se dit opposée à une réforme visant à augmenter l’imposition des successions (58%), l’équilibre est parfait (50% contre et 50% pour) chez les moins de 35 ans. De plus, 66% des Français se disent favorables à ce que cette taxation soit plus progressive, pour que les successions les plus élevées soient les plus taxées. De quoi donner du grain à moudre aux candidats à la présidentielle, qui ont fait de cette question un sujet majeur de la campagne.

(1) Enquête réalisée par internet du 12 au 16 janvier 2022 auprès d’un échantillon représentatif de 1.000 Français âgés de 18 ans et plus.