L'épargne retraite progresse mais insuffisamment

Elle ne compense pas la baisse des taux de remplacement.

Bien, mais doit encore mieux faire. Tels sont en substance les résultats pour la France de l'édition 2020 de l'Observatoire des Retraites Européennes d'Eres publiés ce jour. A 964,6 milliards d’euros, l’épargne retraite des Français marque une hausse de plus de 63,1 % par rapport à 2009. Sa progression reste néanmoins inférieure à ce qu’il se passe dans les pays de l’OCDE sur la période sous revue (+87 %). En outre elle s’avère insuffisante pour compenser la baisse des taux de remplacement. Dans le détail, en 2019, l'épargne retraite par capitalisation estimée à 478 milliards d’euros (*) ne permettrait de compenser que 3 points de baisse du taux de remplacement offert par les régimes par répartition. Or, le montant d'épargne retraite par capitalisation additionnel nécessaire pour compenser une baisse des taux de remplacement de 5 points est estimé à 340 milliards d’euros, précise l’étude.

En 2019, l’épargne retraite représente 23% de l'épargne financière totale des Français répartie entre les produits d'épargne retraite dédiés (environ 230 milliards d'encours) et les autres placements financiers de type PEE, livrets, valeurs mobilières et assurance vie. A noter que l'assurance vie représente désormais seulement 41% des encours contre 48% en 2009 (-14,6 %) tandis que les valeurs mobilières – PEA inclus – ont vu leur part progresser d’un montant équivalent (+15,6 %)

(*) Eres distingue les purs produits d’épargne retraite individuels/collectifs (PER, PERP, Madelin, PERCO, article 83,...) pour lesquels 100% des sommes sont considérées comme de l’épargne retraite et les autres produits d’épargne (assurance-vie, valeurs mobilières, livrets, PEE) pour lesquels une partie seulement de l’épargne est affectée à un objectif retraite.