La retraite supplémentaire d’entreprise continue de progresser

Les derniers chiffres de la Fédération Française de l’Assurance soulignent une progression des dispositifs de retraite en entreprise. Un marché toutefois moins développé en France que dans les autres pays de l’OCDE.

Selon les dernières statistiques de Fédération Française de l’Assurance (FFA), les cotisations sur les Plan d’Epargne Retraite Entreprises sont en hausse de 6 % sur un an. Il s’agit de la nouvelle dénomination des dispositifs connus sous le terme d’article 83, en référence à l’article du Code Général des Impôts qui encadre la fiscalité applicable. Il est surtout connu du grand public pour le mécanisme d’abondement par lequel l’employeur verse une participation financière en complément des versements effectués par le salarié.

Encours des PER Entreprises en Md€
FFA

 Techniquement la collecte brute a été de 2,4 milliards d’euros en 2016 alors que sur la même période le versement des prestations a affiché une progression de 9 % pour atteindre un montant de 2,1 milliards d’euros. Ce qui établit la collecte nette à environ 300 millions d’euros.

La FFA précise que : «  les prestations de retraite par capitalisation s’élèvent en France à 6,6 milliards d’euros, soit 2,1 % de l’ensemble des prestations de retraite. A titre de comparaison, elles représentent 7,1 % de l’ensemble des prestations de retraite en Allemagne, 48,4 % au Royaume –Uni et 17,1 % pour les pays de l’OCDE ».

Cet écart se justifie notamment par la place occupé par l’assurance-vie dans l’épargne des français, très utilisée dans l’optique de la préparation de la retraite. Dans son observatoire des Retraites Européennes pour 2016, le groupe ERES indiquait que l’épargne retraite des Français représente près de 767 milliards d’euros (chiffres à fin 2015). Près de 46 % de cet encours est drainé par l’assurance-vie alors que l’assurance retraite collective ne représente que 12,5 % et l’épargne salariale 7,3 %.