La retraite n'est plus la principale raison d'épargner

Les incertitudes liées à leur situation personnelle et celle du pays poussent les Français à mettre de côté.
Crédit photo : Pixabay

Et si les Français avaient perdu leur horizon de long terme ? Alors que le premier confinement les a incités à épargner davantage, ils se sont principalement dirigés vers les livrets réglementés au détriment des placements long terme. C’est ce que nous apprend l’assureur Aviva France dans la deuxième édition de son étude sur le comportement d’épargne des Français et des Européens, réalisée en partenariat avec Odoxa et publiée cette semaine (1).

Selon les sondés, la première raison qui les a poussés à épargner est la crainte pour leur situation économique personnelle (51 %). Une motivation d’autant plus importante que 41 % déclarent que les finances de leur foyer se sont dégradées depuis le début de la pandémie. Les incertitudes quant à la conjoncture nationale est la seconde raison du surplus d’épargne constitué par les Français (44 %, en hausse de 11 points par rapport à la première édition de l’étude en 2019).

Epargner pour sa retraite n’arrive qu’en troisième position des motivations, à 34 %, soit une baisse de 8 points par rapport à 2019. « Le contexte économique et sanitaire de la première étude menée en 2018 [et publiée en 2019, ndlr] était différent. A l’époque, on parlait moins d’épargne de précaution et davantage de la retraite, notamment car la loi Pacte était encore en préparation », a commenté pour la rédaction Arthur Chabrol, directeur général délégué d’Aviva France. Les Français favorisaient alors l’épargne de long terme pour leurs vieux jours car ils connaissaient encore mal les produits en préparation dans le cadre de la loi.

Des produits méconnus

Depuis, les PER sont arrivés…mais la crise sanitaire aussi, parasitant leur démarrage. « Le succès des PER est réel mais dual. Les Perin marchent très bien mais le démarrage des produits collectifs est plus poussif. Les entreprises ont d’autres priorités en ce moment », confirme le directeur général délégué d’Aviva France.

Conséquence de cette mauvaise concordance de timing : les Français connaissent encore très mal ces nouveaux produits. Seulement 24% pensent que le système de retraite actuel leur permettra d’avoir une pension correcte. 43% estiment que l’achat de la résidence principale est le meilleur moyen de préparer sa retraite (contre 19 % des Européens en moyenne).

Le besoin d’accompagner les Français apparait d’autant plus cruciale qu’ils ont du mal à réorienter leur épargne une fois placée. S’ils sont 52 % à avoir épargné pendant le premier confinement, seulement 35 % l’ont depuis placé sur un support de long terme et 17 % l’ont utilisé pour leur consommation courante. Par ailleurs, plus de la moitié des répondants a indiqué vouloir épargner davantage dans les prochains mois (55 %).

Source : Etude Oxodoxa pour Aviva France 

« Cette tendance à la surépargne de précaution devrait se tarir car les livrets la rémunèrent très mal, tempère Arthur Chabrol. Son fléchage vers des placements de plus long terme dépendra de la reprise économique et de l’amélioration de la situation financière des ménages, les deux étant intimement liés ».

(1) Enquête Oxoda pour Aviva France réalisée en ligne auprès d’un échantillon représentatif de 1.004 Français du 14 au 15 octobre 2020 et d’un échantillon de 3.011 répondants Européens du 15 au 19 octobre 2020 (1004 Français, 502 Anglais, 502 Espagnols, 501 Allemands et 502 Italiens)