La Place tente de rendre les complémentaires santé plus lisibles

L'Agefi Quotidien
Le CCSF a rendu un avis qui vise à clarifier les tarifs des contrats d'assurance santé. L'UFC Que Choisir est circonspecte.

Halte au capharnaüm. La promesse électorale d’Emmanuel Macron d’un remboursement à 100% des frais optiques et des prothèses dentaires et auditives augurait un nouveau casse-tête pour les assurés, perdus dans les modalités et les tarifs de remboursement des frais de santé. Une semaine à peine après la présentation de la réforme «100% santé» par le Président de la République, le Comité consultatif du secteur financier (CCSF) a adopté ce mardi à l’unanimité un avis sur la lisibilité des contrats d’assurance complémentaire santé, a annoncé hier l’instance de concertation.

Réuni à la demande de Bercy et du ministère de la Santé, le CCSF a approuvé d’une part une présentation harmonisée de cinq grands postes de remboursement des garanties - hospitalisation, dentaire, soins courants, optique et audition – et d’autre part l’instauration prochaine d’une liste d’exemples de remboursements chiffrés en valeur absolue. Ces dispositifs découlent de propositions formulées par l’Unocam (Union nationale des organismes d’assurance maladie complémentaire).

«Nous saluons ces avancées mais nous regrettons des manques dans le dispositif», déclare à L’Agefi Mathieu Escot, responsable des études à l’UFC Que Choisir. «Ainsi, l’avis ne mentionne pas l’engagement pris par les professionnels en 2010 de ne plus exprimer les remboursements en pourcentages (100%, 200%, etc.) du tarif de base de la Sécurité sociale, totalement illisibles, poursuit le représentant de l’association, qui siège au CCSF. Or ce type de nomenclature est encore massivement utilisé». En octobre 2010, l’Unocam s’était en effet engagée à plus de transparence, en publiant notamment un glossaire. Le CCSF s’était saisi du dossier en 2011 et avait publié un avis en 2013 sur les comparateurs en ligne de contrats santé individuels.

Hier, le comité a de nouveau souligné «son attachement à la comparabilité des contrats, garanties et tarifs» et il «invite les professionnels et l’ensemble des parties prenantes à poursuivre leurs travaux sur le glossaire […] et à harmoniser également l’expression des remboursements (remboursement de l’assurance maladie obligatoire inclus ou exclus)». L’UFC Que Choisir regrette que le CCSF ne préconise rien sur ce dernier point, «alors que la présentation des remboursements joue fortement sur l’appréciation des prix par les consommateurs», estime Mathieu Escot. Le CCSF tirera un bilan de ses recommandations un an après le démarrage de «100% santé», en 2020.