Prévoyance

Faciliter la souscription de garanties

Le courtier grossiste continue de faire évoluer sa gamme de contrats
L’accent est mis sur la couverture de tous les types d’entrepreneurs
DR, Bertrand Villeneuve, directeur commercial France de Ciprés Assurances

17 ans après sa création, Ciprés Assurances poursuit sa croissance dans l’univers des courtiers grossistes. Le groupe affiche un chiffre d’affaires pour 2016 de 65 millions d’euros en progression de 18 % par rapport à l’an dernier et confirme ses ambitions sur le marché  des travailleurs non salariés (TNS) en proposant un nouveau contrat de prévoyance individuelle « Gamme Pro Evolutive ».

Fin des formalités médicales.

Avant de souscrire un contrat de prévoyance, l’assuré doit renseigner la compagnie d’assurances sur son état de santé au moyen d’une déclaration ou d’un questionnaire. Souvent perçue comme intrusive par le client, la sélection médicale constitue un frein à la commercialisation des contrats. Ce qui explique que de plus en plus d’acteurs du secteur cherchent à simplifier les conditions de souscription de leurs produits. Ciprés Assurance s’inscrit dans cette tendance, le courtier a en effet décidé de réduire les formalités médicales à la signature d’une simple déclaration du TNS où il indique être en activité et ne percevoir ni rente ni pension. Il doit également avoir moins de 55 ans et percevoir une rémunération annuelle inférieure à trois plafonds de la sécurité sociale (Pass) soit 117.684 euros en 2017.

Cette simplification s’est faite progressivement. « Au démarrage de l’activité de Ciprès Assurances en 2000, nous proposions une souscription avec une déclaration de bonne santé de cinq questions. En 2012, forts de notre expérience et de nos résultats techniques, nous avons simplifié le processus à une déclaration d’absence d’arrêt de travail. Ce que nous proposons aujourd’hui sur la Gamme Pro Evolutive n’est que l’aboutissement des étapes précédentes, il s’agit davantage désormais d’une formalité d’adhésion que d’une formalité médicale », explique Bertrand Villeneuve, directeur commercial France de Ciprés Assurances.

Une couverture pour tous les entrepreneurs.

Le courtier se démarque également sur la structure choisie pour le contrat. En matière de prévoyance, les contrats sont souvent individuels et segmentés selon les statuts du TNS (en nom propre ou gérant de société) que le réseau commercial veut démarcher. Ciprès  a opté pour un contrat collectif et une couverture de tous les profils d’entrepreneurs, y compris les mandataires sociaux. « Nous avons structuré notre offre comme un organisme désigné dans un accord de branche le ferait. Le contrat collectif nous permet une meilleure mutualisation des différents groupes de TNS que nous couvrons et vis-à-vis de nos partenaires assureurs une plus grande maîtrise du risque », indique Bertrand Villeneuve.

Des besoins insuffisamment couverts.

Le marché des TNS concerne environ trois millions d’individus en France. On estime que sur cette proportion, seul un TNS sur deux est couvert au titre de la prévoyance, c’est-à-dire bénéficiant d’une couverture en cas de décès ou de perte totale et irréversible d’autonomie à la suite d’un accident. Ce qui aiguise l’appétit des réseaux commerciaux sur ce créneau. Ciprès affiche des ambitions fortes dans le domaine. En 2016, le courtier a connu une augmentation de 70 % de ses affaires nouvelles dont 25 % sur la cible des TNS.

En tant que courtier grossiste, Ciprés ne commercialise pas ses contrats en direct. Il travaille avec un réseau de 4.200 courtiers. L’objectif est de densifier ce réseau d’ici à 2020 à 5.000 courtiers (L’Agefi Actifs n°677, p. 14) et de faire doubler la collecte. Pour attirer les TNS, « Gamme Pro Evolutive » propose de nombreuses réductions à l’adhésion, notamment pour les jeunes entrepreneurs de moins de 30 ans qui bénéficient d’une réduction de 50 % sur leur première année de cotisation.

Portabilité des droits.

Le contrat propose également une portabilité des garanties pendant 12 mois en cas d’interruption de l’activité professionnelle (liquidation judiciaire ou révocation non volontaire). Un dispositif dont bénéficient les salariés couverts par un contrat collectif dans leur entreprise mais pas les entrepreneurs. « Une manière de gommer les différences entre les statuts et permettre aux TNS de bénéficier des mêmes droits que les salariés », indique Bertrand Villeneuve. Le courtier grossiste mise également sur l’effet fidélisant que peut avoir le fait d’accompagner l’indépendant en cas de coup dur.