Complémentaire santé : les bons comptes des organismes spécialisés

La Drees salue les organismes spécialisés en matière de complémentaire santé pour leurs charges réduites. Un avantage qui permet le versement de meilleures prestations aux assurés.

Dans une note publiée courant janvier, la Direction de recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees) tire son chapeau aux organismes spécialisés en matière de complémentaire santé pour le niveau de charges réduites qu'ils s'imposent et son impact sur les assurés. Les données étudiées concernent l'année 2013. Sur cette période, la Drees explique que 54% des personnes étaient couvertes par un contrat de complémentaire santé souscrit auprès d'un organisme spécialisé, "pour des personnes ciblées" (fonctionnaires, retraités...), précise l'organisation. Les 46% restants le sont via un organisme généraliste, société d'assurance ou mutuelle à recrutement général.

Source : Drees

L'étude complète de la Drees à consulter ici 

L'avantage de ces organismes spécialisés est qu'ils présentent des charges réduites. En individuel, "les mutuelles de fonctionnaires et d'entreprises ou corporatistes supportent en effet de moindres frais d'acquisition car elles disposent d'une clientèle clairement identifiée et relativement captive" explique la Drees.

Conséquence, les prestations versées aux assurés peuvent y être supérieures du fait des charges réduites. Dans un tableau dressé par l'organisation (ci-contre), les organismes de prévoyance et les mutuelles d'entreprises ou corporatistes sont les organismes qui versent les meilleurs retours sur cotisations (au-dessus de 80% en individuel). Pour rappel, le retour sur cotisation correspond à la part des cotisations que les assurés récupèrent sous forme de prestations.

Les mutuelles à recrutement général présentent des statistiques moins bonnes car "elles doivent engager davantage de frais d'acquisition pour attirer les clients", précise la Drees. Conséquence, "la moitié de ces mutuelles reversent moins de 78% des cotisations sous forme de prestations en individuel". Les sociétés d'assurances offrent encore moins : 71% de prestations en moyenne entre 2011 et 2013.

 

 

Fichiers: