Complémentaire, le marché reste ouvert

Agefi Hebdo
Toutes les entreprises devraient déjà avoir couvert leurs salariés. Les acteurs de l’assurance sont encore sur la brèche.

C’est un sujet de droit du travail : un Accord national interprofessionnel (ANI) qui a chamboulé les intervenants de l’assurance-santé – mutuelles, institutions de prévoyance (IP) et sociétés d’assurances. Depuis le 1er janvier, toutes les entreprises doivent proposer à leurs salariés une complémentaire santé. Du moins des garanties minimales obligatoires, le « panier de soins ANI », que l’employeur a l’obligation de financer au minimum à 50 %.