taux

Entre hausse des taux injustifiée et inaction forcée, Christine Lagarde s’adonnera encore à un exercice de communication délicat jeudi.

Son discours peine à convaincre alors que les taux en zone euro progressent à l'unisson des rendements américains.

Sectorielle ou de style, la rotation des valeurs de croissance vers les cycliques et la value s’accentue sous l'effet de la hausse des taux.

La reflation, la normalisation de la courbe des swaps et le flux d’émissions de très long terme contribuent au mouvement.

La reprise des actifs risqués donne une impression de marché déconnecté de la réalité économique. Il a pourtant été discriminant.