L’avenir sera responsable ou ne sera pas

Par Marc Pictet, associé-gérant chez Pictet Wealth Management
Autrefois considéré avant tout comme l’apanage des millennials déterminés à changer le monde, l'investissement responsable attire aujourd’hui un nombre croissant d’investisseurs aux motivations très diverses.
Marc Pictet

L’ambition défendue par les objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies, conjuguée à l’entrée en vigueur de nouvelles réglementations et à l’apparition de technologies innovantes, a créé une dynamique sans précédent, conduisant peu à peu les entreprises et les gouvernements à envisager le développement durable comme une source de création de valeur à long terme. De même, l’influence considérable des facteurs de durabilité sur le profil risque/rendement des actifs fait l’objet d’une attention accrue. Ainsi, l’investissement responsable répond à la fois aux exigences de limitation du risque de certains investisseurs et à la quête de rendement de ceux qui se situent à l’autre extrémité du spectre.
 
Le capitalisme d’hier ne s’intéressait qu’à la création de valeur actionnariale. Les entreprises ne visaient qu’à générer des revenus et à rémunérer leurs actionnaires par le biais des dividendes. Aucun cas n’était fait des externalités résultant de la poursuite de ce but – pollution, émissions de carbone, détérioration de la biodiversité –, qui restaient à la charge des communau¬tés locales et mondiales. Aujourd'hui, il est clair pour tout le monde que les entreprises font partie de notre unique écosystème et que l’impact de leurs activités sur la société et sur l’environnement n’est pas moins important que les dividendes versés aux actionnaires. Cette transition, de l’ère de la création de valeur actionnariale à celle d’un capitalisme responsable, exige la prise en compte de tous ces éléments dans l’évalua¬tion des entreprises et l’identification des opportunités d’investissement.
 
Toute activité a un impact – positif ou négatif – sur l’environnement et sur la société. En tant qu’investisseurs, nous accor¬dons une attention croissante aux moyens qui nous permettent d’abord de mesurer cet impact, puis d’agir auprès des entre¬prises et de les influencer dans leur façon de l’appréhender. Dans cette optique, nous veillons à assurer une analyse minutieuse de nos investissements, sur la base d’ou¬tils et de données de pointe, et agissons en tant qu’investisseurs actifs au nom de nos clients. Car l’actionnariat actif nous semble un outil bien plus efficace que l’exclusion de titres pour promouvoir le changement.
 
Accélérer l’adoption d’une norme en matière d’investissement responsable nous semble capital pour à la fois conserver notre leadership en termes d’investissement sur le long terme et satisfaire les attentes de nos clients. Cette responsabilité implique par essence la sauvegarde de la planète et l’engagement de léguer un monde meilleur aux générations futures. La richesse d’une vie ne se limite en effet pas à sa seule dimen¬sion financière et il est de notre devoir de faire en sorte que les générations à venir puissent à leur tour profiter de la vie comme nous le faisons aujourd’hui. L’investisse¬ment responsable est en passe de devenir la nouvelle norme et je me réjouis à l’idée de pouvoir générer des rendements supé¬rieurs, non seulement sur la base de critères financiers, mais aussi en termes d’impact positif.