Gestion de portefeuille : il y a mieux que les crypto monnaies !

Frédéric Biraud, Directeur général Portzamparc
Le retour des investisseurs, de plus en plus jeunes, vers la finance est positif. Dommage que beaucoup d’entre eux ne débutent pas leur apprentissage des marchés financiers par les classiques actions.

Le retour vers la Bourse des investisseurs privés semble se confirmer en cette fin d’année. En 2020, avec près de 400 000 nouveaux particuliers (pour un total 1,4 million de particuliers investisseurs) ayant passé au moins un ordre de Bourse sur les 12 derniers mois, ils représentaient 7% des volumes d’Euronext Paris (contre 2% en 2019). Plus nombreux en 2021 (70 000 investisseurs supplémentaires), ils devraient néanmoins représenter moins de 5% des échanges en raison notamment de la fin du confinement et d’une diminution de la volatilité des marchés financiers.

Les introductions en Bourse profitent des nouveaux arrivants

Les investisseurs privés sont très présents sur les nombreuses introductions en Bourse réalisées cette année sur Euronext Paris (environ 40 en 2021). Le succès de celle d’OVH cloud en témoigne, avec une demande des particuliers qui a représenté 17% de l’opération, soit un record sur les 10 dernières années, hors opérations de privatisation.
Des investisseurs de plus en plus jeunes
L’étude de l’AMF du 3ème trimestre le confirme : les nouveaux arrivants sur les marchés financiers ont entre 10 et 15 ans de moins que les anciens, avec une moyenne d’âge inférieure à 40 ans
Ce mouvement de croissance des nouveaux investisseurs s’explique, entre autres, par l’efficacité de plateformes de trading européennes comme eToro et Trade Republic. Ces acteurs ont le mérite d’attirer la tranche la plus jeune des nouveaux investisseurs : le rajeunissement évoqué plus haut se fait en grande partie par l’augmentation du poids des moins de 35 ans. En effet, le taux de détention d’actions en direct de cette catégorie est passé de 2,3% en 2019 à 4,4% en 2021. Pour les moins de 25 ans, ce taux est supérieur à 4,7%.

Les nouveaux supports « à la mode » sont toutefois à manier avec prudence par les néophytes !

Pour capitaliser leurs économies, les nouveaux investisseurs s’intéressent souvent d’abord à des actifs qui ne facilitent pas l’apprentissage de la gestion d’un portefeuille, comme les crypto-monnaies.
Force est, pourtant, de constater que cet actif est très instable. A manier avec prudence, les crypto-monnaies ne semblent pas adaptées à un public qui fait ses débuts sur les marchés financiers, en tout cas pas sans un minimum de connaissance des bonnes pratiques à connaître pour éviter les pièges.
Aggravant encore le risque, ce type de trading est très commenté par des influenceurs sur les réseaux sociaux… dont seule une partie d’entre eux possède la formation, l’expérience et le recul suffisant pour informer et accompagner efficacement l’investisseur débutant. Difficile, dans ce contexte souvent trompeur, de se faire une idée des bons comportements à adopter.
Débuter sur les marchés dits « classiques » serait préférable, avec un apprentissage des règles de base

C’est pourquoi il serait beaucoup plus judicieux pour les jeunes actifs intéressés par les marchés boursiers de commencer leur « carrière » d’investisseur par des achats d’actions cotées en Bourse. Ils pourraient, ainsi, apprendre plus facilement les règles de base, dont nous pouvons citer les deux principales :
 

  •     - Adapter son  comportement dans les périodes de forte volatilité

Il est très important pour l’investisseur de résister à la pression émotionnelle que le marché exerce sur lui :  la baisse ne doit pas engendrer la peur de perdre de l’argent, ni la hausse celle de rater une opportunité. L’émotion est contreproductive : la volatilité des actifs composant un portefeuille va pousser l’investisseur à vendre trop tôt les positions gagnantes et à conserver les positions perdantes. Cette tendance naturelle de l’investisseur néophyte est l’un des défauts les plus désastreux : pour générer de la performance, il faut conserver les positions qui montent, plus longtemps, et se séparer des mauvais investissements, plus rapidement.
 

  •   - Diversifier ses actifs

La diversification est aussi une règle fondamentale aux multiples avantages. Si le portefeuille est réparti sur une vingtaine de positions, au moins, les pertes sur certaines lignes seront moins douloureuses. Le risque est lissé, à condition de le constituer d’actifs décorrélés, c’est-à-dire de titres représentants des secteurs d’activités différents. Un portefeuille pensé « diversifié » car il compte 20 crypto-monnaies est investi à 100% sur un même secteur... Ce n’est pas de la diversification.
L’intérêt de la diversification est aussi qu’elle oblige à s’intéresser à de nouveaux horizons, en termes de secteurs d’activité et de géographie. Cela évite une autre erreur fréquente des nouveaux investisseurs : acheter les quelques valeurs déjà connues ou que l’entourage proche connaît.

En appliquant ces règles, les jeunes adultes vont pouvoir profiter des marchés financiers pour se constituer progressivement un capital et réaliser leurs projets - qu’il s’agisse de préparer sa retraite, un achat immobilier ou un tour du monde. Un autre versant de l’économie réelle.