Philanthropie

Elargissons l'approche ISR !

Si l’investissement socialement responsable (ISR) connaît un succès grandissant, tout ce qui se dit « vert » n’est pas toujours durable
Parfois les actions qui contribuent le plus au développement durable et à la sauvegarde de notre planète sont souvent celles qui ne coûtent rien

En 1974, lors du débat de l’entre-deux-tours, Valéry Giscard d’Estaing répondait à François Mitterrand : « Vous n’avez pas, Monsieur Mitterrand, le monopole du cœur ». Une phrase emblématique, qui, des décennies plus tard, est toujours porteuse de sens.  Il suffit, pour nous en convaincre, de regarder les nombreux efforts marketing déployés par les sociétés de gestion pour promouvoir leur gamme de fonds responsable. Et de nous demander si celles-ci n’essayent pas d’ériger l’investissement responsable comme le seul moyen de donner du sens à son épargne ou à son action. Leur credo est basique : investissez dans un fonds ISR et contribuez à un monde plus durable.

 

Terrain médiatique. L’ISR a poussé chaque acteur à se battre aujourd’hui sur le terrain médiatique et de la communication pour convaincre, clients et distributeurs, que leurs fonds sont bien investis dans des entreprises ayant à cœur d’œuvrer pour un développement plus durable. En les choisissant, vous avez ainsi la garantie de donner du sens à votre patrimoine. Et non, ce n’est pas du « greenwashing » ! La preuve : pour venir corroborer leur discours, on ne compte plus le nombre de communiqués de presse diffusés chaque semaine pour annoncer que telle ou telle société vient de signer la charte des PRI (Principles for Responsible Investment) des Nations Unis. Ou encore, la course pour obtenir le label dédié qui viendra certifier que le fonds est bien investi dans des entreprises responsables ou solidaires.

Une dynamique rejointe par de plus en plus de conseillers en gestion de patrimoine qui n’hésitent pas à proposer à leurs clients le choix entre une allocation d’actifs « classiques » et une allocation d’actifs intégrant des fonds labellisés ISR. Et loin d’être un effet de mode, l’investissement socialement responsable séduit et connaît un succès grandissant. En 2019, la gestion ISR a représenté plus de 1.400 milliards d’euros d’encours, soit une progression de 40 % par rapport à l’année précédente. Un encours essentiellement soutenu par les institutionnels. Même si de nombreux épargnants particuliers expriment de plus en plus le besoin de réorienter leur épargne, sensibles eux-aussi aux enjeux sociaux et climatiques. Des épargnants également soucieux de ne pas investir une épargne durement gagnée tout en tirant profit du travail d’enfants de l’autre côté du monde. Et, c’est tant mieux !

 

Ne soyons pas dupes ! Nous ne pouvons donc, que nous réjouir de cette prise de conscience et de cet engouement à vouloir transformer notre système financier, en le rendant plus vertueux ! Réjouissons-nous aussi de cette envie de donner du sens à notre action. D’ailleurs, la crise sanitaire et économique que nous traversons le prouve. Les valeurs de solidarité et de partage n’auront jamais été aussi présentes que ces derniers jours. Toutefois, ne soyons pas dupes sur certains fonds soi-disant « verts » ! Et restons vigilants, car tous les fonds ISR ne se valent pas. Comment un fonds avec une approche ESG ou best in class, peut-il être investi dans une entreprise du secteur automobile et répondre de façon positive au critère environnemental exigé ? Une voiture même si elle est appelée « verte » ne le sera jamais. Donc, oui à l’investissement socialement responsable, le vrai, celui qui contribuera à avoir un impact positif sur notre environnement.

 

Valeurs immatérielles. Mais, la responsabilité sociétale d’une entreprise ne s’arrête pas là. Il est d’ailleurs plus que temps de revenir aux fondamentaux. Car la philanthropie a elle aussi sa place pour œuvrer au développement d’un monde plus durable. Soutenir des associations sportives dans les pays du Sud, apprendre à des enfants à bien se nourrir, œuvrer contre la maltraitance, recréer du lien social avec des personnes en situation de précarité, etc. : autant d’actions concrètes mises en place au quotidien pour participer au développement de l’intérêt général. Des actions qui font appel à des valeurs immatérielles comme la proximité, la bienveillance et la générosité, tout aussi riches de sens et d’engagement. Des actions qui ne coûtent rien mais qui contribuent activement à améliorer le bien-être des autres et à préserver notre planète. Alors, ne nous restreignons pas en adoptant une démarche reposant uniquement sur l’ESG et continuons à élargir notre action avec une approche philanthropique !