Financement du cinéma

Le rapport Bonnel appelle les Sofica et les fonds d'investissements en soutien

La crise du cinéma français amène l'auteur du rapport à s'interroger notamment sur ses modalités de financement
L'investissement dans le septième art est une des pistes envisagées par les CGPI dans les stratégies de diversification

L’auteur du rapport dédié au cinéma, dit « rapport Bonnel » revient notamment sur les SOFICA. « La réglementation pourrait surpondérer l’effort opéré par la SOFICA en direction des films à budgets modestes. Cependant, les SOFICA étant déjà très encadrées, il ne s’agit pas de les détourner du financement des films dits du « milieu ». Aussi, une telle obligation devrait-elle être assortie d’un avantage fiscal majoré pour celles qui y souscriraient ».

Les fonds d’investissement ont également un rôle à jouer. « À terme, la stimulation de Fonds d’investissements extérieur à la branche constitue la seule réponse stratégique pérenne à la question. Ces Fonds pourraient, en effet, concentrer leurs investissements sur des films qui optimisent le rapport financement direct/reste à financer tout en exigeant un minimum de moyens leur permettant d’extérioriser une véritable valeur ajoutée de production. En clair, il pourrait s’agir des « films du milieu » (5 à 8 millions d’euros) ».