Theresa May détaille les modalités du Brexit

La Première ministre britannique Theresa May a donné des éclaircissements sur l'entrée en négociations du Royaume-Uni face à l'Union européenne dans le cadre du Brexit lors d'une conférence de presse mardi 17 janvier. Alors que l'article 50 (ouvrant la voie à l'entrée en négociations de sortie pendant deux ans) devrait être enclenché au mois de mars, l'accord final négocié entre le gouvernement britannique et l'Europe sera soumis à un vote du Parlement, a affirmé la Première ministre, donnant un coup de fouet à la livre qui a bondi de 2,5% face au dollar.

Concernant l'accès au marché unique, Theresa May a affirmé qu'il devenait impossible, l'Europe ayant été claire sur l'importance de l'application des quatre libertés fondamentales, notamment celle de la libre circulation des personnes. «Le message du peuple a été clair», a-t-elle affirmé, commentant le vote des Britanniques sur un meilleur contrôle de l'immigration.

Elle appelle donc à la mise en place d'un «accord de libre échange» qui devra «offrir aux entreprises un maximum de libertés pour exercer en Europe». Ce qui impliquera de redessiner un accord douanier avec l'UE, a concédé Theresa May. Tout cela «ne peut pas signifier un accès au marché unique», a-t-elle martelé. «Je veux abaisser le nombre le plus élevé de barrières entre nous et l'Europe», a-t-elle encore affirmé, précisant qu'elle n'avait «pas d'idée préconçue» sur la négociation à venir.