Pas de "choc" Renzi sur les Bourses mais les spreads souverains s’écartent

Agefi.fr

Les investisseurs sur les places européennes ne semblaient pas tenir rigueur aux électeurs italiens lundi matin, évoluant toutes en territoire positif en milieu de matinée. En Italie, le FTSE MIB était dans le vert autour de 10h30 après avoir perdu 2% quelques minutes après l'ouverture. L'Espagne repassait également en positif (+0,83%) après avoir perdu 1%. Le DAX allemand (+1,42%) et le CAC40 (+1,51%) démarraient la semaine de manière très positive. Les marchés semblent avoir anticipé il y a plusieurs jours la possibilité d'un "non" au référendum, donné largement vainqueur depuis plusieurs semaines.

Pour rappel, les Italiens ont largement voté contre le référendum constitutionnel proposé par le président du Conseil Mateo Renzi dimanche 4 décembre. Ce dernier a présenté sa démission comme il s'y était engagé en cas de vote négatif.

Des réactions plus nettes se faisaient sentir sur le marché des obligations souveraines. Les spreads entre les Etats les plus sûrs de l'Europe (France, Allemagne) et l'Italie s'écartaient nettement, même si pour ces Etats "sûrs" ils grimpaient tout de même sensiblement. L'Italie voyait le rendement de son obligation à dix ans grimper de 11 points de base tandis que l'Allemagne prenait 2pdb et la France 5 pdb.

L'Euro enfin a repris du terrain face au dollar et s'échange à 1,0643 à 10h43 ce matin. L'Euro a atteint dans la nuit son niveau le plus bas depuis 21 mois suite à l'annonce du rejet de la réforme constitutionnelle Italienne et à la démission de Matteo Renzi.