Les deux tiers des investisseurs particuliers ont augmenté leurs placements durables en 5 ans

Newsmanagers

Soixante-quatre pour cent des investisseurs dans le monde ont augmenté leurs placements durables au cours de ces cinq dernières années, montre une enquête menée par Schroders ("Schroders Global Investor Study 2017") auprès de 22.000 investisseurs particuliers de 30 pays. En France, cette proportion est de 63 %, soit en ligne avec le niveau mondial, mais largement supérieure à la moyenne européenne qui est de 58 %. La tendance est plus forte en Asie (68 %) et dans les Amériques (70 %).
Au total, 42 % des investisseurs à l'échelle mondiale investissent dans un fonds durable.


L'enquête montre que les particuliers considèrent les placements durables non seulement comme un moyen de porter des changements sociaux, environnementaux et de gouvernance, mais aussi comme une possibilité de générer des profits.
Lorsqu'on leur demande s'ils investissent dans des fonds durables pour l'impact positif ou les gains potentiels, la réponse moyenne montre que l'impact positif a une importance légèrement supérieure au potentiel de gains pour 38% des sondés (40% en France). 32% (contre 28% en France) privilégient ce type de fonds pour le potentiel de gains. Cela démontre que les placements durables sont aujourd'hui perçus par les investisseurs comme un véritable moyen de réaliser des performances attractives, analyse les auteurs de l'étude.


L'autre enseignement intéressant de l'étude est la corrélation entre le comportement « durable » d'un investisseur et sa propension à investir de manière durable. Ainsi, les deux tiers des investisseurs qui achètent des produits bio investissent dans des fonds durables, montre une enquête menée par Schroders auprès de 22.000 investisseurs de 30 pays. Parallèlement près de la moitié des personnes qui recyclent leurs déchets ménagers font ce type d'investissement.