Le marché du maïs mis en danger par la crise ukrainienne

La société de conseil Agritel, spécialisée sur les marchés de l’agri-industrie, estime que la crise Ukrainienne devrait provoquer une baisse de 17,6 % de sa récolte de maïs. Or, la société précise que les deux tiers de la production du pays restent destinés au marché mondial. « Avec 19,5 millions de tonnes exportées sur la campagne 2013/14, l’Ukraine fait jeu égal avec le Brésil qui occupe la seconde place au rang des exportateurs mondiaux de maïs. Tous les regards des opérateurs vont rester fixés sur l’Ukraine dans ces prochaines semaines », précise Michel Portier, directeur général d’Agritel.

Toujours selon le cabinet de conseil, cette baisse de la production est la conséquence directe de la crise que le pays traverse. Les producteurs locaux doivent faire face à une dévaluation de la grivna, devise locale, qui a perdu 50 % de sa valeur depuis 3 mois et à des restrictions d’accès aux crédits. Ces difficultés financières notables ajoutées à des marges décevantes sur la dernière campagne contraignent les producteurs à privilégier des cultures à bas coûts. « Nos équipes présentes en Ukraine évaluent le coût de production d’un hectare de maïs 50 % plus élevé que pour les autres céréales et oléagineux cultivés dans le pays », explique Michel Portier.

A cela s’ajoutent les risques climatiques : « alors que les semis de maïs débutent à peine sur les bords de la mer Noire, le déficit hydrique est de 50 % sur les derniers mois, ajoute Michel Portier. Si la pluie se fait trop attendre, la récolte de maïs sera d’autant plus affectée »