La Française collecte plus de 5,5 milliards d'euros sur quatre mois

NewsManagers

Encore une année qui se présente sous les meilleurs auspices. La Française a enregistré une collecte nette de 5,63 milliards d'euros sur les quatre premiers mois de l'année, a indiqué Patrick Rivière, directeur général de La Française, le 8 juin à l'occasion d'un point de presse. Un montant qui se rapproche de celui de 5,82 milliards d'euros enregistré sur l'ensemble de l'année 2017 et du record de l'année 2016. L'activité commerciale des premiers mois de l'année a été tirée principalement par la forte demande enregistrée par le pôle "Investment Solutions" et dans dans une moindre mesure par l'immobilier qui pourrait, comme l'an dernier, afficher de bien meilleurs résultats au second semestre, a estimé Patrick Rivière.

Les actifs sous gestion ont ainsi franchi la barre symbolique des 70 milliards d'euros pour s'établir à 71,5 milliards d'euros contre 66,2 milliards d'euros à fin 2017. Les actifs sous gestion ont affiché une croissance moyenne de 13% par an depuis 2012.  Les encours externes représentent désormais environ 80% des actifs sous gestion totaux contre 20% émanant du groupe Crédit Mutuel Nord Europe.  Les encours internationaux représentent désormais 17% des actifs totaux et La Française s'estime bien armée pour atteindre l'objectif de 20% arrêté pour 2020.

Dans ce contexte, La Française entend bien s'appuyer sur ses points forts, l'immobilier et l'obligataire, pour poursuivre son développement en France et à l'international. Cela dit, la filiale du Crédit Mutuel Nord Europe n'a pas l'intention de se lancer dans la course à la taille. "Nous ne croyons pas à la taille. Mais à côté d'Amundi, il y a de la place pour des sociétés de taille moyenne qui ont développé des expertises spécifiques pour attirer des capitaux", a indiqué Patrick Rivière. En France, La Française devrait notamment enrichir l'offre de son site sur les SCPI, Moniwan, avec de nouveaux services qui seront présentés dans les prochains mois.

A l'international, le groupe entend accélérer son développement en Allemagne et s'implanter sur le marché japonais. "Nous devons accentuer nos efforts de développement en Allemagne où nous avons démarré nos activités tardivement par rapport à la concurrence. Nous allons nous concentrer sur ce marché dans les prochains mois. Le marché allemand pourrait à terme avoir un poids équivalent au marché français", a indiqué Philippe Lecomte, CEO de La Française AM International et directeur du développement pour La Française. Autrement dit,  les encours allemands, autour de 400 millions d'euros, devraient pouvoir concurrencer les actifs du quatuor de tête, le Benelux (4,3 milliards d'euros), l'Asie (1,76 milliard d'euros), l'Espagne (1,44 milliard d'euros) et le Royaume-Uni (1,21 milliard d'euros).

En Asie, où La Française est implantée en Corée du Sud auprès d' une vingtaine de clients institutionnels, la stratégie de développement passera désormais par le Japon où un recrutement est déjà en cours. Autre nouveau marché, le Canada où La Française compte depuis quelques mois un chargé de développement et un Third Party Marketer (TPM).