La baisse des taux de rendement des fonds en euro ne diminue pas l’attrait de l’assurance vie

Dans un contexte global de taux bas, Fortuneo a fait le point sur le comportement des Français vis-à-vis de l'épargne, et plus particulièrement de l'assurance-vie. Cette étude a été confiée à l'Institut YouGov.

Premier constat, la majorité des Français comptent épargner davantage en 2015 (51 %) : 34 % par précaution, et 16 % pour investir ensuite.

Dans ce cadre, l'assurance-vie ressort comme le placement privilégié. En effet, parmi les différents produits d'épargne proposés par les établissements bancaires, l'assurance-vie est jugée la plus intéressante, avec 72 % des personnes interrogées qui lui donnent la note de 5 ou plus sur 10. L'épargne salariale et le PEL n'arrivent qu'en seconde position, devant le PERP, les livrets rémunérés, les comptes Bourse, et enfin le Livret A.

Pour un tiers des Français, l'assurance-vie est avant tout un produit simple à comprendre. L'intérêt pour l'assurance-vie s'explique également par deux autres attributs : l'exonération fiscale et la sécurité qu'elle procure. Ainsi, 28 % des Français la jugent intéressante pour ses avantages fiscaux, et 25 % estiment que c'est un produit qui inspire confiance.

La majorité des Français détenteurs d'une assurance-vie affirment ne pas avoir changé leur comportement : ils optent pour la sécurité avec une prise de risque minimum en investissant leur épargne sur les fonds en euros. Etant donnée cette aversion au risque, l'épargne de précaution est donc, sans surprise, la raison principale de souscription à un contrat d'assurance-vie pour un détenteur sur deux.

Parmi les autres raisons de souscription, on retrouve la préparation de la retraite pour 45-54 ans (58 %), l'investissement dans un projet immobilier pour les plus jeunes (27 % des 35-44 ans), et la transmission d'un patrimoine pour les 55 ans et plus (37 %).