Biens divers

Une mise en conformité en manque de prétendants

La loi Sapin II oblige les intermédiaires en vins, terres rares, manuscrits ou encore diamants à un contrôle préalable par l’AMF mais les candidats se font rares.
Fotolia

Préoccupée par la multiplication des plates-formes qui distribuent sans autorisation des placements atypiques aux promesses de rendement irréalisables, l’Autorité des marchés financiers (AMF) n’en finit plus d’alerter les épargnants et les professionnels de la finance. Vins, terres rares, manuscrits, l’offre est pléthorique. En particulier, les diamants d’investissement sont au centre de toutes les attentions. Dans l’intérêt des épargnants dont les plaintes augmentent,  l’AMF a publié, le 24 juillet dernier, la liste noire des sites de diamants contrevenant à la réglementation. Les autorités disposent depuis peu de nouvelles prérogatives en matière de biens atypiques qui leur permettent d’aborder différemment et plus efficacement ce problème. En effet, depuis le 17 mai 2017, aucun monteur en biens divers n’est censé distribuer de produits sans être enregistré auprès de l’AMF, qui contrôle au préalable la conformité des documents d’information destinés aux investisseurs. Or, force est de constater que les candidats se font rares puisque les services du superviseur attendent encore à ce jour de délivrer leur premier numéro d’enregistrement.