Un semestre à sensations sur les marchés

Xavier Diaz
Malgré le rebond du deuxième trimestre, la performance du premier semestre porte les stigmates de la crise.
A Wall Street, l’indice S&P 500 a regagné 20,5% au deuxième trimestre. (Crédit European Union)

Le bilan du premier semestre sur les marchés financiers aurait pu être pire sans l’intervention massive des banques centrales. Au deuxième trimestre, les trente-huit actifs suivis par les stratégistes de Deutsche Bank ont fini dans le vert (13 seulement au premier trimestre). Ainsi, les marchés actions ont-ils connu en l’espace de six mois le krach puis le rebond le plus rapide de leur histoire.