Un nouvel outil évalue les sociétés de gestion sur leurs performances ESG

Jean-François Tardiveau
Les fonds ne sont pas notés à la manière des agences de notation, mais les fabricants et de suivre leur évolution dans le temps.
(Pexels - Singkham)

Abondance d'informations peut nuire. Relevant la multitude et la complexité des critères ESG qui finissent par altérer leur compréhension et leur diffusion,deux experts en finance durable, Anne Delaroche, conseillère en gestion de patrimoine et présidente de Delaroche Patrimoine,et Vincent Auriac, conseiller en investissement financier (CIF) et président d’Axylia, ont élaboré un système de notation spécifique. L'objectif est de discerner les sociétés de gestion réellement concernées par les performances ESG des produits qu’elles proposent. Baptisé Clean Score® , ce dernier repose sur trois thèmes fondamentaux de l’ESG : le climat, la mixité sociale et la philanthropie. En pratique, les sociétés de gestion sont tenues de communiquer trois informations simples à produire et à comprendre. Pour le E, il s’agit de la liste des entreprises dans lesquelles sont investis dans un premier temps, 50% de ses encours. Cette liste permettra de calculer leur facture environnementale, à partir de leurs émissions de CO2, basée sur la méthodologie du Score Carbone®. Pour le S, il est question du nombre de femmes présentes parmi les dix premières rémunérations de la société de gestion. Enfin, pour le G, il s’agira d’appréhender l’effort de philanthropie, les dons - en temps et en argent - exprimés en pourcentage du chiffre d’affaires

L’idée n’est pas de noter des fonds à la manière des agences de notation, mais les fabricants et de suivre leur évolution dans le temps. Par ailleurs, le but n’est pas de les sanctionner mais plutôt de discerner plus facilement les bons élèves.”  expliquent les deux fondateurs dans un communiqué.

Enfin, l’outil est animé par un comité de pilotage conduit par Anne Delaroche et Vincent Auriac. Sa vocation est d’ accueillir des CGP engagés dans le domaine de l’ISR. A noter que pour donner de l'envergure au Clean Score, les initiateurs lancent le « Club des 100 », accessible  sur simple adhésion et ouvert aux CGP et SGP. « Il doit permettre d’acquérir une représentation et une légitimité suffisante pour porter cet outil et inciter les sociétés de gestion à considérer des modèles plus durables », précise le communiqué.