Fonds thématique

Un fonds sur l’innovation dans la mobilité

BNY Mellon IM propose son premier fonds thématique distribué sur le continent européen
Mobility Innovation Fund est investi sur toute la chaîne de valeur concernant le thème
Sean Fitzgibbon, gérant de portefeuilles et George Saffaye, Global investment strategist chez Mellon (BNY Mellon IM)

Entrer dans sa voiture et attendre qu’elle conduise seule ses passagers à leur destination relevait, il y a cinq ans encore, de la pure science-fiction. Aujourd’hui, des milliers de voitures sillonnent les routes sans qu’elles soient dirigées par l’homme, et même si la totale autonomie n’est pas encore légion, le temps où les conducteurs ne seront plus indispensables approche. 
 Ne manque plus que les infrastructures pour que les données puissent transiter. Or, le prochain déploiement de la 5e génération de standard pour la téléphonie mobile (5G) permettra justement cela dans quelques années. La nouvelle ère de la mobilité s’apprête à naître, même si, comme on l’a vu ces dernières semaines avec l’annonce que Peugeot abandonnait purement et simplement la conduite totalement autonome pour les véhicules particuliers et se bornerait à un niveau d’autonomie, nécessitant la présence d’un conducteur.
 Le chemin vers l’automatisation complète ne sera pas une ligne droite. Mais il n’empêche, persuadé de la pertinence et de la pérennité du thème de la mobilité, BNY Mellon a décidé de proposer un fonds sur cette thématique, Mobility Innovation Fund.
Ce dernier est géré par une équipe dirigée par Sean Fitzgibbon et a comme objectif de proposer aux investisseurs de profiter de ce que d’aucuns considèrent comme étant « une nouvelle révolution industrielle ».

Croissance. La mobilité est donc aujourd’hui une histoire de croissance. C’est en tout cas ce dont est persuadé le gestionnaire. « Si l’on considère une moyenne de long terme, depuis les années 60, la croissance mondiale a tendance à ralentir, déclare George Saffaye, Global investment strategist chez Mellon (BNY Mellon IM). Mais malgré cela, certains secteurs vont croître beaucoup plus rapidement que les autres dans les prochaines années. Et c’est le cas de ceux liés à la mobilité ».
 Pour s’exposer au thème, le gérant se positionne sur quatre sous-thèmes. Le premier est lié à la connectivité et à l’avènement de la 5G. « Les voitures connectées peuvent générer 25 gigaoctets de données par heure, soit 30 fois plus que les données nécessaires à la diffusion d’un film en haute définition », explique George Saffaye. Le fonds peut donc investir sur des entreprises spécialisées dans le développement de ces infrastructures, la gestion de données, ou encore dans les semi-conducteurs. Le second thème pris en compte est celui des véhicules autonomes, sachant que, selon le gérant, « 80 % des équipementiers prévoient d’être présents sur les technologies autonomes d’ici 2025 ». Ensuite, le développement de l’énergie électrique est évidemment suivi par les équipes de gestion, et plus particulièrement les producteurs d’énergie renouvelable ou les entreprises développant des capacités de stockage. Enfin, l’autopartage est aussi un thème de prédilection pour le gestionnaire. « Il y a 1,2 milliard de véhicules sur la planète, mais 95 % d’eux eux sont garés, explique le spécialiste. L’autopartage constitue dons un bon moyen pour les détenteurs de véhicules et les utilisateurs de ce type de service de réduire leurs coûts de transport ».

Liberté de gestion. Pour un fonds d’actions internationales, il reste concentré, avec une cinquantaine de lignes en portefeuille, sur un univers d’un peu plus de 200 entreprises qui répondent à ses critères de sélection. Par ailleurs, le gérant se garde toute latitude pour investir dans toutes les zones géographiques et sur toutes les tailles de capitalisations, même si finalement le fonds se situe plutôt dans la catégorie des moyennes capitalisations.