Revue de presse internationale 749

MONDE
Les fonds durables et d'impact attirent 26Mds$ au T1 2019
Newsmanagers, 23/05/19

Une étude menée par le consultant américain Impactvesting indique que les fonds d’investissement durable, responsable et d’impact ont draîné une collecte nette de 26 milliards de dollars à travers le monde durant le premier trimestre 2019, tandis qu’en 2018, quelque 76 milliards de dollars de collecte ont été enregistrés dans ces véhicules. Selon la recherche d’Impactvesting, les nouveaux fonds d’investissement durable, responsable et d’impact ont attiré 40 % de la collecte sur ce segment l’an dernier. La firme belge KBC a engrangé 3,7 millions d’euros d’entrées dans 14 nouveaux fonds durables et d’impact en 2018, se plaçant en tête des gestionnaires d’actifs ayant le plus collecté sur les nouveaux fonds de ce segment. Amundi suit avec 2,3 milliards d’euros collectés sur 18 nouveaux véhicules ISR et d’impact. Impactvesting souligne que BlackRock a, à lui seul, lancé 26 nouveaux fonds ISR l’an dernier et a collecté 1,4 milliard d’euros. Autre élément mis en avant par l’étude, l’Europe reste le principal centre de la gestion responsable et d’impact, plus de 85 % de cette activité s’y déroulant. Toutes géographies confondues, les actifs gérés dans les fonds responsables, durables et d’impact sont estimés à plus de 1.300 milliards d’euros par Jag Alexeyev, fondateur d’Impactvesting, qui pense qu’au moins 500 milliards de dollars seront collectés sur ce segment au cours des cinq prochaines années.


SUISSE
L'image des banques suisses s'améliore
Newsmanagers, 22/05/19

L’image des banques suisses s’est améliorée au sein de la population ces deux dernières années, selon une enquête d’opinion de l’Association suisse des banquiers (ASB) parue ce 22 mai et menée auprès de 1.000 électeurs. Dans cette étude publiée tous les deux ans, 51 % des personnes interrogées ont expliqué avoir une opinion « positive » des banques. 7 % d’entre elles en ont même une « très positive ». Lors de la précédente édition, les scores atteignaient 44 % et 5 %. Un chiffre n’a pas changé depuis 2017 : 29 % des interviewés en ont une image « ni positive ni négative ». La part d’opinions négatives s’est rétractée à 11%, contre 19% il y a deux ans. Concernant le rôle des établissements dans la société, les banques jouent à jeu égal avec l’industrie chimique et pharmaceutique, le secteur de l’informatique et des télécommunications et le tourisme comme contributeurs à l’économie globale. Une courte majorité de sondés juge que les banques sont des employeurs et des contribuables importants. Dans le même temps, 48 % estiment qu’elles sont au cœur du blanchiment d’argent et des scandales financiers et 44 % qu’elles font passer le profit avant la responsabilité sociale. De plus, 56 % des personnes interrogées trouvent que la place financière suisse est plus compétitive que ses concurrentes de Grande-Bretagne, de Singapour, du Luxembourg et des Etats-Unis. Le principal argument est la stabilité politique et économique de la Confédération.


SUISSE
UBS ne rémunère plus les comptes d'épargne suisses
Le Temps, 22/05/19

Le groupe suisse UBS ne rémunérera bientôt plus les comptes d’épargne des adultes. A partir du 1er juin, UBS appliquera un taux zéro, comme celui déjà en vigueur pour les comptes courants, rapporte le quotidien suisse Le Temps. La quasi-totalité des autres établissements helvétiques versent encore un maigre intérêt, selon le comparateur en ligne Moneyland. Dans une étude, le site signale le maintien à faible niveau de la rémunération des comptes des banques suisses, dans un contexte de taux d’intérêt bas voire négatifs. A de nombreuses reprises, les économistes ont pronostiqué un retournement de situation, qui se fait toujours attendre. Moneyland constate pour sa part un renforcement de la tendance. « Les banques continuent à baisser les taux d’intérêt sur les comptes privés, les comptes d’épargne et les comptes retraite », souligne le directeur Benjamin Manz.


SUISSE
Julius Baer recrute un pilier de Pictet
Newmanagers, 21/05/19

La banque privée suisse Julius Baer a annoncé ce 21 mai le recrutement de Jeff Mouton en qualité de responsable de l’activité dédiée aux gestionnaires indépendants sur le marché luxembourgeois. Jeff Mouton, qui prendra ses fonctions le 1er juin, remplace Denny Pole qui retourne en Suisse pour s’occuper des marchés émergents. Il est rattaché à Marcel Suhner, qui dirige l’activité intermédiaires pour l’Europe. Jeff Mouton, qui travaille depuis 18 ans chez Pictet, est actuellement responsable des relations avec les gestionnaires indépendants.


ESPAGNE
MiFID II: Rétrocessions en baisse de 13 %
en Espagne en 2018
Newsmanagers, 21/05/19

L’autorité des marchés financiers en Espagne, CNMV, a dévoilé que les gestionnaires d’actifs espagnols dans leur ensemble avaient dégagé un bénéfice net de 803 millions d’euros en 2018, soit une hausse de 46 % sur un an glissant alors que la directive MiF II est entrée en vigueur. Autre élément dévoilé par le régulateur espagnol, les rétrocessions ont chuté de 13 % en 2018 - soit une baisse d’environ 200 millions d’euros - en raison des restrictions imposées par MiFID. Elles représentaient un montant de 1.335 milliard d’euros et formaient, en termes relatifs, 53,6 % des frais de gestion facturés par les gestionnaires espagnols l’an dernier, qui s’élevaient à 2.492 milliards d’euros. En comparaison, les rétrocessions représentaient 61,6 % des frais de gestion des gestionnaires espagnols en 2017.La CNMV relate également que les gestionnaires d’actifs ont vu leurs pertes opérationnelles se creuser. 22 % d’entre eux ont fini en négatif, soit 26 sur 119 entreprises, tandis qu’en 2017, la CNMV recensait 19 sociétés de gestion dans le rouge sur un total de 109 entreprises.


MONDE
Les sociétés de gestion entrent en guerre contre les déchets plastiques
Financial Times Fund Management, 20/05/19

Les sociétés de gestion commencent à s’intéresser au problème des déchets plastiques, observe le Financial Times fund management. BMO Global a dialogué l’an dernier avec 27 entreprises sur ce sujet. C’était le premier effort concerté de la société de gestion de Bank of Montreal face à ce problème. BMO a demandé aux entreprises de réduire le volume de plastiques à usage unique inutiles, d’améliorer le caractère recyclable du plastique et de redessiner les emballages pour réduire les déchets. Il prévoit d’étendre son engagement au-delà des sociétés travaillant dans l’alimentaire, les boissons et biens de consommation. BMO pense que les sociétés devront à terme dévoiler leur empreinte plastique. Schroders a été confronté à un manque de données lorsqu’il a commencé à examiner la question du plastique en 2018. Cela l’a encouragé à envoyer des questionnaires à une centaine d’entreprises dans le monde. MSCI a accueilli une réunion clients à Londres ce mois-ci pour discuter du problème du plastique et prévoit d’organiser d’autres événements de ce genre à Paris et Francfort dans l’année. Toutefois, aucune société de gestion connue n’a signé l’engagement de la fondation Ellen MacArthur, en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour l’environnement, pour éliminer les plastiques non nécessaires et s’assurer que les plastiques qui restent peuvent être réutilisés, recyclés ou compostés.


EUROPE
Le Luxembourg et l’Irlande vont enquêter sur les sociétés s’étant implantées chez eux après le Brexit
Financial Times Fund Management, 20/05/19


L’Irlande et le Luxembourg, les pays de l’Union européenne ayant attiré les plus gros flux d’activités de fonds liés au Brexit, vont enquêter sur les entités locales des sociétés de gestion. Les régulateurs des deux pays veulent s’assurer que les gestionnaires implantés dans leurs pays ont suffisamment de substance et ne sont pas juste des « boites aux lettres ». Nombre de sociétés de gestion suivent un modèle de délégation, qui leur permet de domicilier des fonds en Irlande et au Luxembourg mais de les gérer depuis leurs centres d’investissement à Londres ou New York. Les règles européennes l’autorisent tant que la société de gestion peut prouver que ce ne sont pas des sociétés écran, soumises aux ordres de gérants au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis. La substance est définie comme étant « convenablement responsable » et revient à employer un nombre minimal de locaux.


SUISSE
Lombard Odier nomme un directeur des opérations pour sa clientèle privée
Newsmanagers, 20/05/19

Lombard Odier a annoncé le recrutement de Stephen Kamp au poste de directeur des opérations (chief operating officer) pour la clientèle privée. Basé à Genève, il prendra ses fonctions le 16 août prochain. Il aura pour objectif de soutenir la croissance de Lombard Odier sur ses marchés prioritaires et renforcer le développement de solutions technologiques de pointe pour sa clientèle. En 2004, Stephen Kamp  a rejoint HSBC pour diriger le développement de la gestion de fortune sur les marchés du sud de l’Europe. Il est nommé chief operating officer (COO) de la banque privée en 2011. En 2012, il a été recruté par Julius Baer en tant que directeur adjoint chargé des régions Amérique Latine et Israël, avant de devenir directeur adjoint de l’Europe, responsable de l’Europe du Sud et d’Israël.