Revue de presse internationale 737

GRANDE BRETAGNE
L’Association britannique de la gestion va ouvrir une consultation sur les fonds ESG
Investment Week,  28/11/18

L’Investment Association (IA) du Royaume-Uni va lancer la semaine prochaine une consultation sur la classification des fonds ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance), croit savoir Investment Week. Cette consultation fait suite à la création d’un comité ESG, créé par l’association professionnelle en début d’année. Will Oulton, directeur de l’investissement responsable de First State Investments, préside ce groupe de travail qui étudie si la définition de l’ESG de l’Union européenne est adaptée.


EUROPE
Le président de l’AMF appelle à repenser MIFID 2
Financial Times, 28/11/2018

Dans un entretien au Financial Times, Robert Ophèle, le président de l’Autorité des marchés financiers, a déclaré qu’il était « tout à fait clair » que certaines des règles introduites dans MIFID 2 devraient être revues pour prendre en compte le Brexit. « Même sans le Brexit, nous aurions eu à les revoir parce qu’il y a des effets très préjudiciables sur la recherche, notamment pour les moyennes capitalisations, c’est tout à fait clair ». Il indique que l’Europe est engagée dans un « jeu dangereux », de nombreuses petites entreprises ayant dû réduire leurs capacités de recherche – surtout après la montée des stratégies d’investissement passives qui suivent les indices de marché.


EUROPE
Brexit: Crédit Suisse évalue Madrid comme base juridique européenne
Bloomberg, 28/11/18

Selon Bloomberg, l’institution financière Crédit Suisse envisagerait d’établir sa base européenne à Madrid après le Brexit. Le média fait état d’un possible transfert d’une cinquantaine de banquiers de Londres à Madrid dans un premier temps. Crédit Suisse pourrait faire de l’Espagne le centre juridique de ses opérations au sein de l’Union Européenne. Francfort et Luxembourg seraient aussi en lice, Paris aurait été en revanche rejetée suivant des discussions avec l’AMF et le gouvernement français d’après des sources proches du dossier citées par Bloomberg.


GRANDE BRETAGNE
La décollecte des fonds actions britanniques atteint 1.000 Md$ depuis le vote sur le Brexit
Financial Times Fund Management, 26/11/18

Les fonds d’actions britanniques ont subi des rachats de plus de 1.000 milliards de dollars depuis le référendum sur le Brexit en 2016, rapporte le Financial Times fund management, citant des données d’EPFR. La collecte a été négative pour ces fonds toutes les semaines depuis juin 2016. Les rachats ont même atteint  19,4 milliards de dollars la semaine où Theresa May a présenté le projet de plan de retrait au cabinet, soit le plus fort niveau de rachats depuis la crise financière mondiale de 2007-2008. Sur les 12 mois précédant le vote sur le Brexit, les fonds actions UK avaient attiré 127 milliards de dollars. Schroders a mené un sondage cette année auprès de 400 conseillers financiers qui ont indiqué que 35 % de leurs clients avaient soit transféré leurs actifs en hors du Royaume-Uni, soit envisageaient de le faire, contre 21 % l’année précédente. Les Etats-Unis sont la destination première pour réallouer les actifs.


MONDE
Les sociétés de gestion doivent réduire leurs coûts, selon Accenture
Financial Times, 27/11/18

Les sociétés de gestion et les banques d’investissement doivent faire bien plus pour réduire leurs coûts et améliorer leurs bénéfices, montre une nouvelle étude d’Accenture citée par le Financial Times. Pour le consultant, les grandes sociétés de gestion ne profitent pas suffisamment de leur taille. Les sociétés de gestion ont dégagé des bénéfices de 31 milliards de dollars et les hedge funds de 16 milliards, soit environ 15 % de leurs revenus. Les sociétés de gestion ont des marges qui restent importantes. Mais nombre d’entre elles n’ont pas réduit leurs coûts. Accenture observe que, alors que la gestion des actifs devrait permettre d’importantes économies d’échelle, certaines sociétés de taille moyenne affichent les mêmes marges que les plus gros acteurs du secteur. Michael Spellacy, global capital markets lead chez Accenture, se demande par exemple pourquoi certaines sociétés de gestion à Londres ou New York ont 300 à 400 personnes qui calculent les valeurs liquidatives des fonds toutes la journée.


PAYS-BAS
Un gestionnaire de fortune néerlandais fait faillite
Newsmanagers, 26/11/18

Le gestionnaire de fortune Darion Capital Management, établi à Rotterdam et qui opérait sous les marques Tielkemeijer & Partners Vermogensbeheer et Darion Wealth Management, a été déclaré en état de faillite le 13 novembre, selon un rapport de la Cour d’Amsterdam datant du 16 novembre. La société investissait tant en ligne directe que dans des fonds d’investissements pour ses clients. Elle avait été fondée il y a cinquante ans.


EUROPE
Les équipes commerciales des sociétés de gestion pourraient diminuer de 35 %
Funds People Italia, 26/11/18

Les sociétés de gestion pourraient réduire leurs équipes commerciales de 35 % face aux évolutions que le secteur est en train de vivre, selon Philip Kalus, CEO de la société de conseil Accelerando Associates, interrogé par Funds People Italia. D’autant que « dans la majeure partie des équipes commerciales, 80-90 % des flux entrants viennent de 10 à 20 % du personnel », poursuit-il. Selon un sondage réalisé par la société de conseil sur des commerciaux du Royaume-Uni, d’Allemagne, d’Espagne, de France et d’Italie, 80 % considèrent que la tendance est déjà une réalité, ou presque. Paradoxalement, la raison principale qui expliquerait cette tendance à la réduction des équipes ne serait pas directement corrélée au manque de succès commercial de certains individus. L’autre raison principale serait la concentration du secteur, avec des opérations de fusions et acquisitions qui causent inévitablement une réduction des postes. Un autre facteur est la simplification des listes de fonds des sociétés de gestion avec lesquelles les sélectionneurs de fonds travaillent.


ALLEMAGNE
Daimler, partenaire de Fidelity pour sa plateforme de gestion de fortune digitale
Fondsprofessionell.de, 22/11/18

Fidelity International vient de trouver un partenaire de poids pour ses activités de gestion de fortune digitale : Daimler.  Plus précisément, les services de prévoyance et d’assurance du géant automobile allemand, soit environ 160.000 clients et 310.000 contrats d’assurance sont désormais à la disposition de conseiller en ligne Fidelity Wealth Expert, rapporte le site spécialisé Fonds Professionell. Fidelity a démarré son activité de gestion de fortune digitale à la mi-octobre et choisi l’Allemagne comme marché pilote. A la différence des autres adeptes du conseil automatisé comme Scalable, Fidelity a développé une offre dans le cadre de laquelle les décisions d’allocation sont prises par les gérants de portefeuille et non par des algorithmes. Fidelity a en outre mis en place un nouveau modèle de tarification, qui dépend de la surperformance du portefeuille. Dans un entretien à Fonds Professionell, Ferdinand-Alexander Leisten, patron pour l’Allemagne de Fidelity International, annonce par ailleurs le lancement dans le courant du premier semestre 2019 d’une gamme de fonds ouverts intégrant les critères ESG.


MONDE
La richesse des particuliers fortunés de l’Asie-Pacifique devrait dépasser les 42.000 Md$ d’ici à 2025
Newsmanagers, 29/11/2018
La région Asie-Pacifique confirme son statut de point d’ancrage des particuliers fortunés, générant 41,4 % de la nouvelles richesse des particuliers fortunés (HNWI) dans le monde en 2017, selon l’Asia-Pacific Wealth Report 2018 de Capgemini publié ce 28 novembre *. Avec une croissance de la population des HNWI de 12,1 % et une hausse de 14,8 % de leur fortune, la richesse des HNWI basés dans la région devrait dépasser les 42.000 milliards de dollars d’ici à 2025. Les marchés émergents ont représenté 52,9 % de la croissance de la richesse dans la région, avec une hausse en Inde de plus de 20 % de la population et de la richesse des HNWI. Les marchés plus matures comme ceux de la Corée du Sud, de Hong Kong, de Taïwan et de Singapour, ont enregistré des croissances à deux chiffres de leur population fortunée, de 88.200 particuliers fortunés au total en 2017. Malgré une amélioration d’une année sur l’autre, le taux de satisfaction des HNWI de la région (hors Japon) avec leurs gestionnaires de fortune s’inscrit en dessous de 70 % et se retrouve ainsi en dessous des niveaux observés ailleurs dans le monde. A l’origine de ce taux d’insatisfaction, les préoccupations touchant le déficit de services globaux de la part des gestionnaires de fortune, des commissions de gestion perçues comme apportant peu de valeur, et une relation « basse température » avec les gestionnaires de fortune.
* Le rapport couvre onze marchés : Australie, Chine, Hong Kong, Inde, Indonésie, Japon, Malaisie, Singapour, Corée du Sud, Thaïlande et Taïwan.Il exploite également les données de 2018 Global High Net Worth Inisights Survey, qui a sollicité 2.600 HNWI sur 19 marchés importants de la gestion de fortune dans le monde.