Pierre-papier

Nouveau record en vue pour les SCPI

Les chiffres du premier semestre s’inscrivent dans la lignée de ceux des meilleures années pour la collecte des SCPI de rendement
L’engouement pour ces produits ne se dément pas, même si certains trouvent la classe d’actifs sursouscrite

Ce n’est pas tout à fait une surprise, tant la recherche de rendement est devenue le leitmotiv de la plupart des investisseurs, mais les chiffres de la collecte des SCPI au premier semestre atteignent toutefois les sommets anticipés par les plus optimistes sur la classe d’actifs. Ainsi, en six mois seulement, entre les mois de janvier et juin, les souscriptions ont atteint 4,3 milliards d’euros, répartis de manière quasiment équilibrée entre le premier et le second trimestre (2,09 milliards pour le premier trimestre et 2,24 milliards pour le second). Des chiffres publiés par Meilleurescpi.com et confirmés quelques jours plus tard par l’Aspim. La capitalisation des SCPI atteint aujourd’hui 56,5 milliards d’euros, en hausse de 15,77 % sur un an.

Record attendu. Ces données s’inscrivent dans la continuité d’une année 2018 marquée par un retournement de tendance. Ainsi, l’année avait subi un ralentissement relatif de la collecte au premier semestre (à 2,68 milliards d’euros, en baisse de 30 % par rapport à l’année 2017 record), et une reprise dans les derniers mois (2,74 milliards d’euros de souscriptions au second semestre, en hausse cette fois-ci, de 10 % par rapport à la même période de l’année précédente).

Finalement, 2018 avait totalisé 5,34 milliards de collecte, en replis de seulement 14 % par rapport à 2017 qui, il faut le rappeler, avec 6,21 milliards de collecte, avait affiché des chiffres jamais vus jusque-là. Au mois de juin de cette année, les gestionnaires de SCPI ont déjà collecté 81,5 % de la collecte totale de l’année dernière, en hausse de 60 % par rapport à 2018 et de 12,3 % par rapport à 2017. Ces résultats augurent donc, pour 2019, une année record, comparable à 2017. 

Rendement stable. Le site Meilleurescpi.com a aussi analysé le rendement des différents produits. Sur un an glissant, le taux de distribution sur valeur de marché (TDVM) se monte à 4,4 %. Pour rappel, ce taux était de 4,39 % en 2018, pour une performance totale de la classe d’actifs, cette année-là, de 5,28 % (le TDVM de 4,39 % augmenté de la variation du prix moyen des parts, la VPM, de 0,89 %). Dans le détail, la TDVM sur un an glissant des SCPI rattachées à des groupes bancaires se monte à 4,18 % contre 4,88 % pour celles gérées par des structures indépendantes. A partir de ces données, et du taux d’occupation financier qui a atteint un record à 90,6 %, Meilleurescpi.com estime que le TDVM devrait s’échelonner, en 2019, entre 4,35 et 4,45 %.

Risques. Evidemment, ces rendements constatés et anticipés expliquent à eux seuls l’engouement pour ce produit. Surtout dans un contexte de baisse régulière des taux servis par les fonds en euros des contrats d’assurance vie. Cependant, des voix – encore très minoritaires - commencent à mettre en garde sur les dangers, en termes de qualité des investissements, que pourraient représenter des souscriptions durablement massives sur ces produits. Ou au contraire, contre les possibles problèmes sur la liquidité que pourraient engendrer des retraits. Les professionnels se veulent cependant confiants. Ainsi, Jean-Marc Peter, directeur général du groupe Sofidy, explique que « le marché européen de l’immobilier dans lequel les SCPI peuvent investir pèse près de 300 milliards d’euros. Nous n’avons donc, pour l’heure, pas de difficultés à y investir l’épargne de nos clients car nous avons choisi de nous diversifier à l’international depuis maintenant 6 ans. De la même manière, nous investissons également sur d’autres biens de diversification comme les biens de l’hôtellerie de centre-ville, du tourisme et des loisirs, ou de la petite logistique dite du dernier kilomètre ».

Fraude. Un discours certes rassurant, mais certains professionnels déplorent cependant que, le succès des produits aidant, de nombreux sites frauduleux se réclamant vendeurs de SCPI voient le jour actuellement, certains assurent que cette classe d’actifs est sans risque, d’autres usurpant le nom de cabinets de gestion de patrimoine existants.