Morningstar dégrade la note de H2O Allegro

Laurence Marchal
L’agence de notation pointe la concentration des pouvoirs des deux fondateurs de la filiale de Natixis. La banque en prend aussi pour son grade.
(Max Pixel)

Morningstar a annoncé avoir dégradé la note du fonds H2O Allegro à négative ce 6 avril. Elle avait été mise “sous revue” le 17 mars dernier. Le fonds géré par H2O Asset Management affiche une performance en retrait de 53,33 % depuis le début de l’année au 2 avril 2020. La note du fonds de la filiale de Natixis IM était précédemment à “neutre”.

Les analystes de Morningstar invoquent une “mauvaise gouvernance” et dénoncent la concentration des pouvoirs entre les mains des fondateurs de H2O Asset Management, le PDG Bruno Crastes et le directeur des investissements Vincent Chailley.

"Les décisions d'investissement sont fermement entre les mains des fondateurs de H2O, le directeur général Bruno Crastes et le directeur des investissements Vincent Chailley, qui s'appuient sur une équipe de recherche plus large. Nous pensons que le rapport de force chez H2O penche trop fortement en faveur des gérants de portefeuille", commente Matias Möttölä, directeur associé pour la recherche sur les gérants multi-asset et alternatifs. "Par exemple, la gestion des risques ne peut pas forcer les gérants de portefeuille à ajuster immédiatement les expositions, si une limite de risque a été dépassée en raison des mouvements du marché plutôt que de changements actifs. En mars 2020, le fonds a subi trois pertes quotidiennes extrêmes - 25,4% en une seule journée à l'extrême - sur six séances boursières, principalement en raison des mêmes paris", détaille-t-il.

Les dirigeants de H2O ne sont pas les seuls à être égratignés par Morningstar. La maison mère de la société de gestion, Natixis, est aussi pointée du doigt. "La gestion des risques n'est pas la seule à manquer d'autorité. La même chose peut être reprochée à l’actionnaire majoritaire de H2O, Natixis, qui continue de lutter pour fournir un véritable contrepoids aux gérants de portefeuille assoiffés de risques", indique Matias Möttölä.

Contacté par NewsManagers, H2O AM a déclaré être "en complet désaccord" avec le rapport de Morningstar. "Depuis de très nombreuses années, le dispositif de gestion des risques mis en œuvre par H2O suit une approche discrétionnaire, active et empirique, permettant d’ajuster le calibrage des positions dans les meilleures conditions de valorisation de ces dernières", indique une porte-parole de H2O. "Cette méthode a pour objectif principal de préserver l’intérêt de nos clients en assurant à leurs portefeuilles la plus grande capacité de rebond dès que la crise se normalise, puis se dissipe. C’est ainsi que nous sommes jusqu’à présent toujours sortis des crises par le haut. Les risques et les performances doivent également être évalués par rapport à l'horizon d'investissement de chaque fonds qui, dans le cas de H2O Allegro, est de trois ans", poursuit-elle.

La société souligne d’ailleurs que le fonds a délivré un rendement de 40 % en 2019, 28 % en 2018 et 20 % en 2017. Depuis son lancement en 2011, la performance annuelle d’Allegro est de 9,09 %.