Assurance vie

L’Unep s’intéresse aux majeurs protégés

L’association lance un contrat pour les majeurs protégés intégrant un volet assistance
Ce nouveau produit a été conçu avec Oradéa Vie et Mondial Assistance
DR, Christian Cacciuttolo, président,Unep

Près de 800.000 personnes bénéficient de mesures de protection juridique, comme la tutelle ou la curatelle. Près de la moitié d’entre elles est gérée par des associations ou des mandataires judiciaires à la protection des majeurs. Ces personnes disposent souvent de revenus qui nécessitent un suivi financier, mais peu d’offres émergent sur le marché. C’est pourquoi l’Union nationale d’épargne et de prévoyance (Unep) a décidé de se positionner sur le sujet.

Un contrat d’épargne et d’assistance. L’association avait déjà lancé l’an dernier un contrat d’assurance vie avec son partenaire assureur historique Oradéa Vie (lire L’Agefi Actifs n° 679 p 30). Pour sa nouvelle offre baptisée Unep Multisélection Plus, l’Unep s’est de nouveau adressé à lui. Mais dans la mesure où le contrat s’adresse aux majeurs protégés, il intègre aussi un volet assistance. L’Unep a sollicité Mondial Assistance, intégré récemment à Allianz Worldwide Partners : «  Il est rare de pouvoir faire intervenir deux assureurs au sein d’un même contrat. Nous avons confié la partie gestion de l’épargne à Oradéa Vie et la gestion des prestations d’assistance à Allianz », indique Christian Cacciuttolo, président de l’Unep. L’idée de proposer un contrat qui réunisse le savoir-faire de plusieurs entités est venu lors de discussions avec les fédérations de tutelles et les mandataires judiciaires à la protection des majeurs. « Il faut tenir compte des besoins de la personne protégée, mais également des attentes des aidants familiaux ainsi que celles des mandataires. C’est de cette manière que nous avons pu élaborer un cahier des charges précis que nous avons soumis à Allianz pour la couverture des prestations d’assistance », indique Christian Cacciuttolo. Les services d’assistance proposés vont de l’aide à domicile à la livraison des courses en passant par le portage de repas pour le majeur protégé. Des prestations pour les aidants familiaux ont également été intégrées (comme la téléassistance ou le soutien psychologique).

Un rôle centralisateur. La gestation du contrat a été longue, notamment pour des raisons informatiques. « L’Unep dispose d’un outil de gestion informatique comparable à celui d’une compagnie d’assurances. Néanmoins il a fallu mettre en place des procédures pour que chaque intervenant dispose des informations qui le concernent pour la gestion. L’association joue un rôle centralisateur, nous gérons également les relations avec les mandataires », analyse Christian Cacciuttolo. C’est l’Unep qui se charge de proposer le contrat auprès des associations de tutelle ou des mandataires, et non les CGPI comme pour les autres contrats de l’association. Le domaine de la tutelle est généralement méconnu des conseillers en gestion de patrimoine et l’association a préféré laisser le choix aux mandataires sur les modalités de gestion : soit le gérer eux-mêmes soit passer par un CGPI.

Un contrat riche en supports. En termes de choix de supports, Unep Multisélection Plus est à l’image des autres produits proposés par l’association. Il propose un accès à près d’une douzaine de SCPI et un choix de plus de 300 unités de compte (UC). « Les contrats destinés aux majeurs protégées restent trop axés sur les fonds en euros. Or nous pensons à l’Unep que nous diffusons des contrats qui proposent une grande diversification, notamment sur les actifs immobiliers. De plus, nous avons mis en place un partenariat avec Quantalys afin de suivre dans la durée les allocations sur les UC dans le respect des profils que nous avons établi pour les majeurs protégés  », analyse Christian Cacciuttolo.
Trois profils sont actuellement accessibles : un destiné aux personnes qui veulent investir des petites sommes tous les mois pour se constituer un capital, un deuxième dont l’objectif est de générer des revenus complémentaires et enfin le dernier qui sert à gérer sur la durée des montants d’investissements de plusieurs centaines de milliers d’euros. «  Ces profils peuvent être adaptés aux attentes des mandataires judiciaires en pondérant ou surpondérant certaines classes d’actifs  », précise Christian Cacciuttolo.