Actifs du Patrimoine 2017

L'innovation par la sophistication et le risque

La douzième édition des Actifs du Patrimoine consacre des fonds dont la recherche de performance est le leitmotiv
La maîtrise du risque n'en reste pas moins un point essentiel cette année encore
Photos : Nicolas Kalogeropoulos

En consacrant notamment l’innovation dans des domaines tels que la gestion d’actifs et l’assurance vie, les Actifs du Patrimoine ont cette particularité, chaque année, de mettre en évidence les tendances nouvelles qui s’affirment dans l’univers patrimonial et de pointer le dynamisme de l’industrie financière. Cette douzième édition ne fait pas exception. Mieux, preuve de l’intérêt que les différents acteurs accordent à ce genre de distinction, preuve également de l’imagination au pouvoir et de la richesse de l’offre, une fois n’est pas coutume, un prix spécial du jury constitué de consultants de Periclès Groupe et de journalistes de L'Agefi Actifs a été décerné.

Dans le détail, les Actifs de l’Innovation ont pour objectif de récompenser un nouveau produit ou une nouvelle option sur un produit existant, apparu entre le 1er avril et le 31 mars précédant la remise des récompenses. Deux catégories distinctes sont passées au crible : d’un côté les OPCVM et les fonds d’investissements alternatifs (FIA), d’un autre, les contrats d’assurance vie et la prévoyance-retraite individuelle – à l’exception de l’assurance santé, intégrant l’assurance emprunteur, les contrats homme clé, les temporaire décès-invalidité, Madelin TNS, vie entière et dépendance, ainsi que les Perp, produits collectifs pour TPE, articles 39 et 83.

Outre ce prix, les Actifs du Patrimoine englobent les Actifs de la Distribution et, depuis l’an dernier, les Actifs de la Performance. Elaborés en partenariat avec Six Financial Information, ces prix saluent, pour le premier, le succès commercial de plusieurs fonds via leur collecte enregistrée sur douze mois. Le Prix des Actifs de la Performance, lui, distingue des jeunes fonds ayant entre deux et trois ans d’historique dans quatre catégories distinctes, à partir notamment d’une performance annualisée de deux ans (lire p. 18).

Si l’on se focalise sur l’innovation, dans les faits, pas moins de 34 dossiers ont été présentés cette année, représentant 28 établissements au total. Soit, en volume, un nombre de copies décortiquées comparable à 2016. En nombre, 22 dossiers concernaient les OPCVM cette année, contre 12 pour l’assurance de personnes. Cependant, pour le grand oral, dix dossiers seulement ont été sélectionnés avec une égalité parfaite entre les deux catégories. Pour quel résultat ? En l’espèce, pour la partie OPCVM, la nature des produits risk premia aux deux premières places traduit la sophistication de la gestion, sachant que le troisième sur le podium, qui s’est distingué par un pilotage multifactoriel, n’a pas non plus dénoté.

Pour le classement de l’assurance, l’accent a été mis sur « l’après-fonds en euros ». Dit autrement, les primés ont cherché à accompagner d’une façon ou d’une autre les assurés vers plus de performance tout en conservant une bonne maîtrise des risques. Quant au prix spécial, il a récompensé deux établissements dont la collaboration a permis de proposer une unité de compte investie dans des titres non cotés, prônée par la loi Macron.

La remise des prix s’est déroulée dans les locaux de la société spécialisée dans les services de banque dépositaire et d’administration de fonds, Caceis, partenaire de cette douzième édition. Où rendez-vous a été pris par L’Agefi Actifs en 2018 pour une nouvelle compétition qui se présente toujours comme un excellent indicateur de ce qui se fait de nouveau et de mieux dans l’industrie financière.

Actifs de l’Innovation - OPCVM

Tendance. Cette année encore, la tendance déjà observée lors de la dernière édition des Actifs de l’Innovation se confirme. L’environnement de taux bas et orientés à la hausse a obligé les gestionnaires à se réinventer. Ces derniers essaient, plus que jamais, de proposer aux investisseurs des moyens de trouver du rendement ou d’augmenter la diversification de leurs portefeuilles. Ainsi, pour ce millésime, plusieurs produits s’éloignant des classes d’actifs d’actions ou d’obligations traditionnelles ont concouru, par exemple dans le secteur de l’immobilier. Ensuite, les produits d’allocation, quoique moins nombreux que lors des éditions précédentes, continuent de proposer leur lot d’innovations. Enfin, les gérants ont lancé, pour cette édition, la commercialisation de produits capables d’extraire les primes de risque sur les différents marchés.

L’Actifs d’or de l’Innovation revient à La Française Investment Solutions pour le fonds LFIS Vision Ucits-Premia, un produit utilisant les primes de risque extraites par le gestionnaire sur différentes classes d’actifs. Il s’agit aussi bien de primes académiques (comme la value ou le momentum) que de primes implicites (sur la volatilité, la corrélation) et de portage.

L’Actifs d’argent a été décerné à La Financière de l’Echiquier pour Echiquier Prime, un autre fonds exposé aux différentes primes de risque, nourricier du produit développé par Eraam et qui alloue des primes de risque alternatives extraites par des partenaires financiers.

L’Actifs de bronze a été attribué à  Convictions AM, pour Convictions Multifactoriels, un fonds diversifié d’allocation multifactoriel utilisant un indicateur agrégé du risque et de l’attractivité relative des actifs financiers développé en interne.

Actifs de l’Innovation - Assurance vie et prévoyance

Tendance. Quatre contrats ont retenu l’attention du jury pour cette édition 2017. Si les fondamentaux du fonds en euros, à savoir la garantie en capital et la liquidité, sont toujours des arguments commerciaux de poids pour attirer des prospects et fidéliser la clientèle, la « désintoxification » des supports en euros devient un impératif pour les compagnies au regard de l’atterrissage des taux de rendement. Dès lors, comment vendre des actifs en euros tout en exposant une partie des sous-jacents qui les composent sur les marchés ? C’est à cet épineux problème que les concepteurs et les distributeurs de contrats sont en train de s’attaquer. Pour eux, un tel chantier n’est pas exempt de risques dont le principal porte sur la dénaturation de l’actif en euros. En effet, il faut capitaliser sur son image de produit garanti  en essayant de limiter les contraintes, réglementaires et financières qui atténuent les perspectives de développement. Autre difficulté : celle pour les conseillers de s’y perdre sur le terrain du devoir de conseil, surtout sur la notion de frais prélevés sur le contrat et de garantie accordée au client. Ces contraintes, les assureurs sont priés de composer avec et d’innover. Sur cette base, le millésime 2018 des Grands Prix de l’Innovation, catégorie assurance vie, s’annonce exceptionnel au regard des nouvelles offres que les compagnies d’assurances et leurs partenaires sociétés de gestion et conseillers en gestion de patrimoine sont en train de développer.

L’Actifs d’or revient à Allianz France pour Allianz Active4Life. Le souscripteur du contrat d’assurance vie est invité à prendre une part de risque sur son placement en contrepartie d’un accompagnement de l’assureur. L’épargnant n’est pas seul face à son investissement en unité de comptes, il peut souscrire une option en vue de minorer les pertes.

L’Actifs d’argent récompense cette année deux acteurs ex aequo : Nortia pour le fonds EuroActifs #2 et Apicil Assurances pour Intencial Libéralys Vie et le support en euros Apicil Euroflex. Il est question, sur la base d’un fonds en euros classique, de diminuer la part de l’actif garantie. En proportion, le portefeuille est investi sur des actifs plus volatils pour générer de la performance.

Un prix spécial du jury est attribué à Nextstage AM pour Nextstage Croissance, investi dans le non-coté.