L’Eurogroupe s’accorde enfin, sans lever toutes les ambiguïtés

Mathieu Solal, à Bruxelles
500 milliards d’euros sur le papier, mais encore beaucoup de nuages à dissiper.
Commission européenne

Après trois jours d’une négociation « très dure, voire très violente par moment » selon les mots de Bruno Le Maire, l’Eurogroupe est parvenu hier soir à s’accorder sur les principes d’une action commune face à la crise du coronavirus qui secoue l’Europe depuis un mois.