Les investisseurs se détournent du Brésil après un nouveau scandale de corruption

Les marchés craignent que ce énième scandale impliquant l'actuel président ne pèse sur les projets de réformes économiques dans le pays.
Michel Temer, président du Brésil
BBG

Au coeur d'une tempête après des révélations sur un nouveau scandale de corruption, le Brésil voit ses investisseurs s'éloigner à mesure que l'incertitude sur l'avenir de Michel Temer au pouvoir éloigne la faisabilité de ses principaux projets de réformes économiques.

Les stratèges de Société Générale ont ainsi affirmé mardi qu'ils sont passés à la vente sur leur panier de valeurs exposées au Brésil s'inquiétant des accusations de corruption qui pourraient peser sur le redressement de l'économie brésilienne. Dans ce panier figurent 16 valeurs dont le chiffre d'affaires et/ou les résultats sont significativement exposés au Brésil dont  Renault, Edenred, Carrefour, Casino, Sodexo et Ingenico. Ces valeurs affichent aussi une sensibilité aux évolutions de l'indice boursier brésilien Bovespa. "Les récents évènements augmentent le risque d'un retard dans les réformes, en particulier concernant la réforme des retraites, critique pour le solde primaire", expliquent-ils ajoutant que "la volatilité pour ces actions devrait croître".

Les analystes de Saxo Banque estiment quant à eux que les investigations en cours pourraient remettre en cause le plan d’infrastructures en 2017 qui est perçu par les investisseurs étrangers comme crucial pour relancer l’économie. Cela dit, affirme la banque danoise, les réformes engagées par le gouvernement, en particulier celle concernant le régime de retraite, pourraient survivre à une destitution du président.

Dans ce contexte la banque centrale brésilienne fait office de rempart notamment sur le marché des changes. Le real s’est repris de 3,4% face au dollar depuis vendredi, ce qui lui a ainsi permis d’effacer 40% de sa chute encaissée sur la seule séance de jeudi dernier, grâce à l’intervention de la banque centrale (BCB). Le rendement des obligations d’Etat à 10 ans du pays libellées en dollar s’est détendu de 15 pb sur les 55 pb de hausse enregistrée en milieu de semaine dernière, pour repasser sous les 5%, à un niveau de 4,88%. "Des tensions supplémentaires devraient refaire surface compte tenu des positions très fortes sur les actifs brésiliens (taux et changes)", alerte SG CIB.