Les investisseurs individuels désarment face à la baisse des marchés

La rédaction
Selon l'AMF, le nombre de boursicoteurs actifs a plongé de 35% au troisième trimestre.

Le nombre d’investisseurs particuliers actifs s'est réduit de plus d'un tiers (-35%) au cours du troisième trimestre 2022 par rapport au trimestre précédent selon le décompte réalisé par l’Autorité des marchés financiers (AMF). Depuis janvier 2021, le gendarme boursier publie tous les trois mois un tableau de bord des investisseurs particuliers actifs sur les marchés financiers, un document qui s’appuie sur les données des établissements financiers français et les succursales en France d’établissements de l’Union européenne.

Or, la huitième édition de ce tableau de bord témoigne de la paralysie qui s’est emparée des boursicoteurs. Entre accalmie estivale et inquiétude face à la baisse des marchés, ils sont 600.000 de moins à avoir réalisé une opération – soit au moins un achat ou une vente d’actions – sur la période. «Ce niveau est inférieur à celui du troisième trimestre 2021, tout en étant comparable à celui du même trimestre de 2020», souligne l’AMF dans un communiqué.

Moins de vendeurs

A la clé, 8,8 millions d’opérations réalisées sur la période, une enveloppe significativement inférieure au même trimestre de référence des deux années précédentes, sans toutefois retomber aux niveaux de 2018 ou 2019.

«Le nombre d’acheteurs d’actions a également reculé, de 19%, à 485.000, son plus bas niveau depuis le troisième trimestre 2020», poursuit l’institution. Quant aux nouveaux investisseurs particuliers, qui n’avaient jamais passé d’ordre de Bourse jusqu’ici ou étaient inactifs depuis janvier 2018, 39.000 sont recensés, soit une conquête dans la moyenne des chiffres observés au troisième trimestre ces dernières années. En pratique, l’attentisme prévaut : «le nombre de vendeurs d’actions a fortement baissé, de 43%, pour atteindre 362.000, à un niveau nettement inférieur au nombre d’acheteurs», conclut l’AMF.