Les investisseurs fuient les actifs européens

Xavier Diaz
Les actions et le crédit européens ont connu ces dernières semaines des sorties de capitaux historiques.

Les investisseurs continuent de fuir les actions européennes et le crédit. Au cours de la semaine glissante au 16 mars, les fonds spécialisés dans les actions européennes ont accusé une cinquième semaine consécutive de retraits, à hauteur cette fois de 3,2 milliards d’euros, portant à 25,2 milliards le montant des rachats depuis le début du conflit en Ukraine (25,5 milliards au cours des cinq dernières semaines), indiquent les stratégistes de Bank of America (BoA) sur la base des données EPFR. «Tous les secteurs continuent d’enregistrer des sorties nettes, notamment les financières, à l’exception toutefois de l’énergie qui a engrangé des flux mineurs», complète Emmanuel Cau, stratégiste chez Barclays.

Au cours de la semaine au 9 mars, les fonds d’actions européennes ont accusé leur pire décollecte historique avec 13,5 milliards de rachats nets. Les marchés actions européens ont été affectés par la crise ukrainienne du fait de sa proximité mais surtout de l’impact pour l’économie européenne de la flambée des prix de l’énergie.

Les sorties représentent 1,7% des actifs sous gestion. Depuis le début de l’année, les fonds d’actions européennes affichent désormais des retraits nets pour plus de 12 milliards de dollars tandis que les fonds américains, qui ont bénéficié d’une fuite vers la qualité, ont continué d’engranger des collectes à 102 milliards depuis le début de l’année.

L’autre classe d’actifs délaissée par les investisseurs est le crédit, notamment euro. Les retraits avaient débuté avant la crise en Ukraine, les investisseurs réagissant au ton plus restrictif de la Banque centrale européenne (BCE), notamment concernant la fin de son programme d’achat d’actifs, et principalement le CSPP sur les obligations corporate. Les fonds crédit investment grade ont subi des sorties au cours des dix dernières semaines pour un total de 63 milliards de dollars, dont 45 milliards sur le marché euro, selon les données EPFR, avec des sorties cumulées de plus de 20 milliards entre fin février et début mars, signalant un marché en train de craquer, selon les stratégistes de BoA.

Sur la même période les fonds high yield ont enregistré 30 milliards de sorties nettes. «Les sorties sont restées importantes pour le HY euro la semaine passée, relève Benjamin Sabahi, responsable de la recherche chez SpreadResearch. Elles ont atteint 605 millions d’euros dans les fonds que nous suivons après 686 millions la semaine précédente. Dans la majorité sur des fonds actifs. Les stratégies HY court terme ne semblent plus être celles où il faut être à tout prix par rapport à 2021.»