Les immanquables de l'été : marché

La rédaction
Retrouvez les informations qui vous ont peut-être échappés durant l'été. Deuxième catégorie : marché.

Nouveau rapport du Giec : un « code rouge pour l'humanité »

Un « code rouge pour l'humanité ». Voilà comment le secrétaire général de l'ONU a désigné le dernier rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec), sorti début août. Les experts ont tranché : jusqu'à présent, les engagements des pays sur le climat n'ont pas fait baisser les émissions de gaz à effet de serre. Pire, la hausse des températures de 1,5 degré par rapport à l'ère préindustriel, point de bascule avant l'emballement des catastrophes climatiques, pourrait être atteint dès 2035 en poursuivant sur la trajectoire actuelle. 

Pas de trêve estivale pour les fusions acquisitions 

L'été n'a pas été de tout repos sur le marché des fusions et acquisitions. La valeur agrégée des opérations annoncées depuis le début du mois de juillet atteignait le 2 août 548 milliards de dollars au niveau mondial, un phénomène estival inhabituel. L'agence Bloomberg classe en tête des banques conseils en cette période Goldman Sachs, suivie de Morgan Stanley et de JPMorgan.

Une bulle à prévoir côté fintechs ? 

Les valorisation records des fintechs interrogent sur le risque de survalorisation de certaines d'entre elles. Une étude du cabinet CB Insights montre que les fintechs ont été financées à hauteurs de 30,8 milliards de dollars en capital-risque au second semestre, soit une hausse de 30% par rapport au premier trimestre. Le ticket moyen des transactions a dans le même temps augmenté de 28%, de 37 millions de dollars à 47 millions de dollars. 88 levées de fonds dépassant les 100 millions de dollars ont été réalisées, contre 60 l'an dernier. 

L'immobilier résidentiel au bord de la surchauffe

Le résidentiel ne connaît pas la crise. En prenant en compte quarante pays de l'OCDE qui disposent de données disponibles, les prix au premier trimestre 2021 ont progressé de 7,3% sur un an et de 1,7% par rapport au quatrième trimestre 2020. La crise du Covid-19, avec ses confinements à la chaîne et le développement du télétravail, a dynamisé la demande, dans un contexte de liquidités abondantes et de taux bas. 

Echec de la fusion entre Aeon et Willis 

Ce qui devait être le numéro un mondial du courtage en assurance ne verra pas le jour. Aon et Willis Towers Watson (WTW), les numéros deux et trois du courtage dans le monde, ont annulé leur projet de fusion fin juillet. Le plan d'arrangement prévoyait une vente d'actifs à Arthur J. Gallagher & Co, dont 85% des activités de Gras Savoye Willis Towers Watson France. Le chiffre d'affaires des deux poids lourds du secteur atteignait en 2020 20 milliards de dollars. 

Les gérants de fonds divisés sur la reprise en Europe 

Moitié-Moitié. D'après une étude de Bank of America, seuls la moitié des gérants de fonds anticipent en août une reprise de l'économie sur les douze mois à venir. Le sondage dénote un retour progressif au pessimisme, puisque les gérants étaient 80% à y croire en juillet, et même 94% en mars. Le variant Delta, l'inflation et le taper tantrum constituent les sujets d'inquiétude principaux. 

Transposition de la directive sur la distribution transfrontalière des OPC

L'Autorité des marchés financiers (AMF) a modifié son réglement général et actualisé trois documents de doctrine afin de transposer en droit français la directive (UE) 2019/1160 du 20 juin 2019 sur la distribution transfrontalière des organismes de placement collectif (dite «directive CBDF »). La transposition vise à renforcer la coordination des dispositions applicables aux gestionnaires d'OPCVM et de fonds d'investissement alternatifs sur le marché de l'Union européenne, tout en facilitant la distribution transfrontalière. 

L'ESG au coeur des relations stratégiques des assureurs 

Une étude de Cerulli Associates révèle que les assureurs confient de plus en plus leur gestion d'actifs à des partenaires concernés par les questions environnementales. 59% des assureurs nordiques prévoient d'augmenter leurs allocations aux obligations liées à la durabilité au cours des prochaines années, 53% aux obligations sociales. 

Les gestionnaires français concernés par les PRI

La gestion d'actifs française conforte sa troisième place - derrière les Etats-Unis et le Royaume-Uni - en termes de signataires des principes pour l'investissement responsable (PRI) des Nations unies avec 283 sociétés de gestion signataires au 11 août 2021. Parmi les signataires de juillet figurent notamment les gestionnaires d'actifs Auris Gestion et Fourpoints IM mais aussi RedTree Capital, Collier Global Investors France ou encore Mimco Asset Management.