Les Français mitigés sur les actifs numériques

22% seraient prêts à régler des achats en ligne en bitcoin. Seulement 25% ont entendu parler des NFT.

Les cryptos oui, les NFT non. C’est en substance le bilan que l’on peut dresser de l’enquête que l’Ifop a menée pour le média spécialisé Cointribune.com sur l’appétit des Français pour les actifs numériques (1). Si 82% d’entre eux ont entendu parler des cryptomonnaies (dont 88% du Bitcoin), seuls 25% connaissent l’existence des NFT… Et seulement 8% savent précisément ce dont il s'agit !

Une affaire de jeunes parisiens… De gauche ?

Sur le sujet des actifs numériques, les clichés ont la vie dure. Les jeunes se montrent davantage informés et prêts à franchir le pas de l’investissement que leurs aînés. Ainsi, 40% des 18-34 ans qui connaissent les cryptomonnaies y ont investi ou seraient prêts à le faire contre 18% des plus de 35 ans. La proportion est assez similaire chez les connaisseurs des NFT : 45% des 18-34 ans ont ou souhaiteraient investir contre 23% de leurs aînés.

L'étude précise également que la connaissance de ce domaine est surtout l’apanage «d’hommes jeunes, diplômés de l’enseignement supérieur, appartenant aux classes aisées et résidant dans l’agglomération parisienne.» Plus surprenant, il relève aussi dans leur profil une tendance à voter à gauche, voir même écolo. Parmi les Français qui connaissent le bitcoin, 66% se disent prêts à voter Yannick Jadot au premier tour de la prochaine présidentielle et 60% Jean-Luc Mélenchon. La tendance est aussi verte concernant les mieux informés sur les NFT (44% voteraient Yannick Jadot).

Ce que les Français pourraient acheter en NFT

Source : étude Ifop pour Cointribune

« Phénomène de mode »

Qu’ils soient adeptes d’actifs numériques ou non, les Français gardent la tête froide et estiment, à 79%, qu’il s’agit d’un «phénomène de mode purement spéculatif». Une vision que Guillaume Moret-Bailly, directeur du développement de Cointribune, relie au traitement de l’information. «Si les cryptomonnaies sont encore majoritairement considérées comme des phénomènes de mode ou spéculatifs, c’est parce que leur médiatisation se fait essentiellement sur les cours, explique-t-il. Mais au-delà de ces effets d’annonce, le marché se structure jour après jour, un véritable écosystème se construit.»

Logiquement, la part de Français prêts à utiliser le bitcoin comme une véritable monnaie est faible : 22% seraient prêt à payer des achats en ligne avec et 15% accepteraient d’être payés avec cette devise numérique. «Plus inquiétant, 43% des investisseurs en cryptomonnaies se disent prêt à payer en bitcoin des achats illégaux (drogue par exemple) et 20% assurent l’avoir déjà fait», soulignent les auteurs de l’étude.

Comment les Français jugent les cryptomonnaies

Source : étude Ifop pour Cointribune

(1) Enquête IFOP - Les Français, les cryptomonnaies et les NFT : une légitimité qui reste à construire », janvier 2022. Etude menée en ligne du 19 au 24 janvier auprès d’un échantillon de 2.003 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.