Les fonds de pension européens revoient leur stratégie d'allocation

L'exposition aux marchés actions a diminué en 2008, selon l'enquête annuelle de Mercer. La gestion des risques a été remise à plat.

La tendance à une diminution de l’exposition des fonds de pensions aux marchés actions s’est poursuivie en 2008, tous marchés européens confondus. C’est en effet ce qu’indique Mercer dans une enquête annuelle portant sur la gestion d’actifs – Asset Allocation Survey 2009. Tandis que les obligations continuent à être la classe d’actifs dominante dans la plupart des pays européens, un nombre croissant de fonds et d’institutions de retraite investissent dans des classes d’actifs non traditionnelles, selon cette étude qui s’appuie sur un échantillon représentatif de 1.000 clients gérant plus de 400 milliards d’euros. Cette tendance est également visible au sein des fonds de pensions britanniques, qui représentent plus de 70 % du panel étudié : traditionnellement fortement indexés aux marchés actions, les fonds de pension outre-Manche ont ainsi réduit leur exposition à 54 % en 2009 comparé à 58 % en 2008. En retour, la diversification de leurs portefeuilles dans des actifs non traditionnels est passée de 4 à 6 % en une année, principalement au bénéfice des hedge funds, des mandats de gestion d’allocation d’actifs tactique ou encore des fonds de gestion active des devises. Les fonds de pension hexagonaux, qui représentent 3 % du panel de Mercer, ont également embrassé cette tendance à la diversification dans une optique de meilleure gestion des risques: alors que l’exposition aux classes alternatives ne représentait que 2 % en 2008, elle atteint cette année 14 %. Un rééquilibrage qui se fait au détriment à la fois des actions, passées de 22 à 17 % en une année mais aussi des obligations dont le poids en 2009 atteint 69 % d’un portefeuille comparé à 76 % une année auparavant. Outre un remaniement dans la stratégie de gestion des actifs, la crise financière aurait aussi, selon Mercer, poussé les fonds de pension à réagir plus rapidement aux turbulences des marchés. 73 % des fonds ont déjà remis à plat leur gestion des risques en 2008 ou s’apprêtent à le faire cette année. Les structures de gouvernance sont également passées au crible : 38 % des fonds utilisent maintenant les services d’un comité d’investissement pour examiner des stratégies spécifiques.