Les family offices ont réduit leur exposition aux hedge funds en 2019

Les family offices ont dans le même temps augmenté les poches dédiées aux actions et à l'obligataire.

Par Erick Jarjat, NewsManagers (Groupe Agefi)

Les family offices ont réduit leur exposition aux hedge funds en 2019, l'allocation revenant de 28% en 2018 à 22,4% l'an dernier, selon la dernière étude publiée par Peltz International, rapporte le site spécialisé Opalesque. Au total, les family offices ont réduit leurs allocations aux investissements alternatifs alors qu'ils ont augmenté les poches dédiées aux actions et à l'obligataire.

Les family offices ont investi en priorité dans les actions des pays développés, à hauteur de 30%, devant l'alternatif (25%), l'obligataire des pays développés (14%), les obligations émergentes (7%), le monétaire (7%) et les actions des pays émergents (5%). Dans l'espace alternatif, l'allocation la plus importante revient à l'immobilier, à hauteur de 30%, devant le private equity en direct (25%), les hedge funds (22%), les fonds de private equity (19%), les REIT (3%), et les matières premières (1%). 

Parmi les évolutions possibles dans le secteur des family offices, 83% des participants au sondage prévoient une augmentation significative des multi-family offices alors qu'ils sont seulement 61% à envisager une tendance similaire du côté du single-family offices.

Les family offices envisagent par ailleurs d'investir en priorité dans les technologies (76%), devant l'ESG (72%), les co-investissements (68%), l'alternatif (48%) et les start-up (38%).