Les Bourses européennes portées par les plans de relance

Par Capucine Cousin
Les principaux indices boursiers européens ont rebondi mardi, portés par les plans de soutien destinés à amortir le choc économique du coronavirus.

Après plusieurs journées successives de fortes turbulences, liées à l’inquiétude que génère l’épidémie de coronavirus, les marchés boursiers européens ont repris des couleurs mardi.

La Bourse de Paris a décidé d'aller fermement de l'avant. L'indice CAC 40 a bondi de 8,4 % à 4.242,70 points. La veille, il avait fini en baisse de 3,32 %. Le SBF 120 a lui aussi bondi de 8,4 %. A Londres, le LSE a accéléré sa progression en toute fin de séance, pour clôturer en hausse de 9,05% mardi. L'indice FTSE 100 des principales valeurs a clôturé sur une envolée de 9,1 %, à 5.446,01 points.

La tendance s’est vérifiée ailleurs. Le DAX 30, à Francfort, s'est adjugé 11 %. L'indice Stoxx Europe 600 a gagné 8,4 %, à 304 points. Les valeurs boursières américaines ont aussi clôturé en forte hausse (lire par ailleurs).

LE PROGRAMME DE SAUVETAGE AMÉRICAIN EST TRÈS ATTENDU

De fait, les marchés ont été dopés par les espoirs liés au plan de relance américain à l'économie, d’un budget de près de 1.700 milliards de dollars, pour contrer le choc du coronavirus. Certes, mardi soir, le Sénat américain ne semblait pas être parvenu à trouver un accord, mais à elle seule, « la perspective d'un programme de sauvetage contribue à faire monter les actions », note Joshua Mahony, analyste chez IG, cité par le Wall Street Journal. « Donald Trump semble vouloir faire passer l'économie en premier, alors qu'il élabore un plan pour assouplir les restrictions imposées en vue d'étouffer la transmission du virus », ajoute l'analyste.

Les investisseurs ont aussi salué les mesures de soutien exceptionnelles prises par la Réserve fédérale américaine : elle a annoncé lundi un programme d’achats (QE) qui devrait porter sur 125 milliards de dollars par jour (75 plus 50), une semaine après les 700 milliards de dollars de rachats (500 en Treasuries et 200 en titres adossés à des prêts hypothécaires, MBS, mortgage-backed securities).

En France, le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a indiqué sur France Info que le plan de soutien aux entreprises de 45 milliards d'euros déjà annoncé constituait un « point de départ », alors que 730.000 salariés sont déjà au chômage partiel. Les plans de soutien gouvernementaux devraient augmenter et atteindre 5% à 15% du produit intérieur brut (PIB) par pays ou par région, indiquait au WSJ Peter de Coensel, de chez Degroof Petercam AM.