Les banques européennes doivent faire une croix sur les dividendes

Amélie Laurin
La BCE leur demande de ne pas rémunérer leurs actionnaires pour libérer 30 milliards d'euros de capitaux. Un effort refusé jusque-là par les banques françaises.

La BCE a sifflé la fin de la partie. Après ses appels à la modération des deux dernières semaines, la Banque centrale européenne a recommandé vendredi 27 mars aux banques européennes de suspendre leurs dividendes et leurs rachats d'actions, «au moins jusqu'au 1er octobre». L’effort de guerre demandé aux actionnaires doit permettre aux établissements de crédit de renforcer leur solvabilité et leurs capacités de prêts pour aider les entreprises et les ménages à surmonter la crise du coronavirus... et encaisser la hausse des créances impayées.